Accueil du site > Françafrique > Niger > Visite de François Hollande au Niger vue par les associations (...)

Visite de François Hollande au Niger vue par les associations nigériennes

18 juillet 2014 par Survie

La tournée de François Hollande en ce mois de juillet connait des réactions pour le moins partagées, notamment au Niger où les associations nigériennes ne voient pas d’un très bon œil cette visite du chef d’Etat français. Pour témoignage, ce positionnement d’Ali Idrissa, du collectif « Sauvons le Niger » Lire en ligne

17 Juillet 2014

Ali Idrissa, membre du collectif « Sauvons le Niger », estime que « le Niger n’a rien à gagner de cette visite ».

AA / Niamey / Balima Boureima

Le Niger, se prépare à accueillir, vendredi, le président français François Hollande. Une visite éclair d’une demi journée qui ne fait pas l’unanimité au sein de l’opinion publique à Niamey.

Les Grandes artères de la capitale connaissent depuis quelques jours un regain d’attention, notamment depuis l’annonce de l’arrivée de Hollande, dans le cadre d’une tournée africaine qui débute, jeudi, par la Côte d’Ivoire et de l ’achève, samedi, par le Tchad.

Iro Sani, responsable de la communication du parti au Pouvoir, le « Parti nigérien pour la démocratie et le socialisme (PNDS) », se réjouit de cette visite qui n’est autre que « le fruit de la diplomatie diplomatie menée par les autorités actuelles depuis leur arrivée au pouvoir ».

En revanche, la société civile considère que cette visite « ne sert en rien les intérêts du Niger ».

Depuis quelques jours, les médias nigériens multiplient la diffusion de messages audio et visuels invitant la population à sortir « en masse » pour accueillir « chaleureusement » le président français, alors que, dans le même temps, des responsables de la société civile promettent « un accueil d’un autre type ».

Au coeur de la discorde, l’accord signé le mois dernier entre le Niger et le groupe français Areva, concernant l’exploitation de l’uranium nigérien qui ne sert « que les intérêts de la France », selon certains membres de la société civile.

Interrogé par Anadolu, Ali Idrissa, membre du collectif « Sauvons le Niger », un regroupement d’une cinquantaine d’organisations de la société civile, estime que « Le Niger n’a rien à gagner de cette visite ».

« M. Hollande ne vient pas au Niger pour confirmer un partenariat gagnant-gagnant telle que promis par son prédécesseur Nicolas Sarkozy en 2007 » s’est-il exclamé.

« Si c’était le cas, il irait rendre visite aux populations d’Arlit (Nord) qui paient actuellement les conséquences de l’exploitation de l’uranium, et il rendra visite aux malades qui sont dans les hôpitaux » a encore martelé le membre du directoire collectif.

Durant cette brève visite, Hollande s’entretiendra avec son homologue nigérien Mahamadou Issoufou, avant de se rendre à la base militaire où sont logés les drones et les avions de chasse stationnés dans la cadre de l’opération Serval, a indiqué à Anadolu le service de communication de la Présidence du Niger.

Sur le plan économique, le chef de l’Etat français visitera la Société d’exploitation des eaux du Niger (Seen, une filiale de la société française Veolia) et la Société de transformation alimentaire (Sta, une société franco-nigérienne), spécialisée dans la production des aliments thérapeutiques notamment le Plumpy nuts, utilisé dans la lutte contre la malnutrition, toujours selon la même source.

En 54 ans d’indépendance, François Hollande sera le cinquième président français à fouler le sol nigérien. Georges Pompidou était à Niamey en 1972, François Mitterrand en 1982, Jacques Chirac en 2003 et Nicolas Sarkozy en 2007.

S'abonner à la newsletter