Accueil du site > Françafrique > Tchad > Exigeons la fin de la coopération sécuritaire avec le Tchad !

Exigeons la fin de la coopération sécuritaire avec le Tchad !

8 mars 2016 par Julien Moisan

Le régime d’Idriss Déby, meilleur allié de François Hollande dans les guerres en cours en Afrique, réprime violemment sa population à l’approche de la prochaine élection présidentielle.

Après de nouvelles vagues de répressions ayant provoqué la mort de jeunes manifestants en février, la France doit suspendre sa coopération sécuritaire !

Nous venons d’envoyer un courrier d’interpellation aux député-e-s membres de la commission des Affaires étrangères et nous vous proposons de le relayer.

L’actualité tchadienne est très préoccupante, vous pourrez retrouver nos récentes réactions ici ;

- communiqué commun de Survie et de ACAT France sur les répressions mortelles des manifestations et sur le silence complaisant de la France - http://survie.org/francafrique/tchad/article/tchad-repression-mortelle-de-5085
- lettre ouverte à Jean-Marc Ayrault à l’occasion de sa présence lundi 29 février au Conseil des droits de l’homme de l’ONU - http://survie.org/francafrique/article/lettre-ouverte-au-ministre-des-5086
- réaction face à la réception le jour même d’Ayrault par le dictateur Tchadien dans un palace parisien - http://survie.org/francafrique/tchad/article/en-pleine-vague-de-repression-au-5087

Nous avons décidé d’interpeller les membres de la commission des affaires étrangères de l’Assemblée nationale sur cette actualité, afin qu’ils questionnent le gouvernement à ce propos. Notre revendication principale consiste à suspendre la coopération sécuritaire de la France avec le Tchad, régime dictatorial qui, en temps de pré-campagne présidentielle, réprime sa population et interdit toute manifestation. Cette politique, faite en notre nom, doit cesser !

Vous trouverez en pièces jointes ;

- la proposition de texte à envoyer par mail à vos député-e-s
- un tableau avec les contacts nécessaires (nom + contact par email + circonscription)

Vous pouvez bien sûr l’envoyer à tou-te-s les député-e-s ou simplement à ’vos’ député-e-s en leur demandant de les rencontrer.

S'abonner à la newsletter