Accueil du site > Génocide > Génocide et complicité > 20 documents pour comprendre le rôle de l’Etat français

20 documents pour comprendre le rôle de l’Etat français

PDF - 19.5 Mo
Génocide des Tutsi au Rwanda 20 documents pour comprendre le rôle de l’Etat français

20 ans après le génocide des Tutsi du Rwanda, l’association Survie a voulu sélectionner 20 documents démontrant la complicité de l’Etat français dans ce crime. Aucun de ces documents n’est inédit, mais leur rassemblement leur donne, nous semble-t-il, une force particulière. Au lecteur d’en juger.

Sommaire

  1. 1990-1993 : Opération Noroît, une intervention militaire illégale qui empêche l’effondrement du régime Habyarimana
  2. L’intention génocidaire est connue des autorités françaises dès 1990
  3. Octobre 1990 : Paris s’engage dans une guerre contre les Tutsi
  4. 1990-1993 : Paris soutient un régime en pleine dérive génocidaire
  5. A partir du 8 avril 1994, les autorités françaises ne font rien pour arrêter le génocide en cours et maintiennent leur soutien politique et militaire à ceux qui le commettent
  6. A partir du 22 juin 1994, l’opération Turquoise permet l’évacuation au Zaïre des auteurs du génocide

Document 20 : Dépêche Reuters du 15 juillet 1994, annotée par Hubert Védrine, secrétaire-général de l’Elysée

Le 15 juillet 1994, le président rwandais par intérim Sindikubwabo arrive à Cyangugu, dans la zone Turquoise, bientôt rejoint par la plupart des ministres du GIR. Une réunion a lieu à l’hôtel Matignon pour décider de la conduite à tenir. Visiblement, des points de vue divergents sont exprimés. L’annonce faite par le Quai d’Orsay que ces ministres (...)

Document 19 : Note du Ministère des Affaires étrangères sur les « autorités de Gisenyi », 15 juillet 1994

Mais l’intervention française vient trop tard et ne permet pas d’éviter l’effondrement des FAR. Le 4 juillet 1994, Kigali tombe aux mains du FPR. Le gouvernement intérimaire rwandais n’est plus, aux yeux de la France, que « les autorités de Gisenyi ». Le 11 juillet, le général Jean-Claude Lafourcade, commandant de la force Turquoise, leur fait savoir (...)