Accueil du site > Génocide > Génocide et complicité > 20 documents pour comprendre le rôle de l’Etat français > Document 19 : Note du Ministère des Affaires étrangères sur les « autorités de (...)

Document 19 : Note du Ministère des Affaires étrangères sur les « autorités de Gisenyi », 15 juillet 1994

23 juillet 2014

Mais l’intervention française vient trop tard et ne permet pas d’éviter l’effondrement des FAR. Le 4 juillet 1994, Kigali tombe aux mains du FPR. Le gouvernement intérimaire rwandais n’est plus, aux yeux de la France, que « les autorités de Gisenyi ». Le 11 juillet, le général Jean-Claude Lafourcade, commandant de la force Turquoise, leur fait savoir qu’en cas d’offensive sur Gisenyi, elles seront autorisées à entrer dans la zone humanitaire sûre « en simples réfugiés ». Le 13 juillet, Lafourcade retransmet à ses commandants de groupements les instructions qu’il a demandées à Paris concernant les membres du gouvernement intérimaire qui viendraient se réfugier dans la zone Turquoise : « nous n’avons pas à arrêter ni à séquestrer personne » [1].

Pourtant, le 15 juillet, une note du Quai d’Orsay indique que les « personnalités politiques de Gisenyi » ont été averties que « leur présence dans la zone n’était pas souhaitée » et amènerait les Français « à les mettre en résidence surveillée jusqu’à remise aux Nations Unies ». Si cette note juge la quasi-totalité des ministres du GIR « responsable des massacres », l’ambassadeur Yannick Gérard, présent sur place, ne se paie pas de mots et affirme pour sa part, dans un télégramme diplomatique du 15 juillet, que « les autorités portent une lourde responsabilité dans le génocide » [2]

PDF - 174.3 ko
Note du Ministère des Affaires étrangères sur les « autorités de Gisenyi », 15 juillet 1994

[1] « Confidentiel Défense. Modalités dʼexécution dans la ZHS, 13 juillet 1994 no 764/PCIAT/CEM. » Cf. Jacques Morel, op. cit., §29.2

[2] Mission d’Information Parlementaire, annexe 9.D.10. Nous soulignons.

S'abonner à la newsletter