2O ans d'impunité - La France complice du génocide des Tutsi au Rwanda

En soutenant les auteurs du génocide, les autorités politiques et militaires françaises se sont rendues complices de ce crime. Cette complicité est attestée par de nombreux documents et témoignages, pourtant aucun responsable français n’a été jugé.
En 2014, 20 ans après, exigeons la vérité et la justice.


< Génocide et complicité

Le génocide des Tutsi au Rwanda

23 mars 2014

Le génocide des Tutsi au Rwanda a fait entre 800 000 et 1 million de victimes, massacrées dans des conditions atroces, pour la seule raison qu’elles étaient Tutsi. Il s’est accompagné du massacre de Hutu opposés à cette extermination. Les groupes Hutu et Tutsi ne constituent pas des ethnies ou des "races" différentes mais plutôt des catégories "socio-éonomiques". La division entre Hutu et Tutsi a été attisée par les Européens cherchant à "diviser pour régner".

Le génocide des Tutsi a été planifié et a duré 4 mois, du 7 avril à août 1994. Il est le résultat d’une volonté criminelle du régime rwandais, en guerre contre le Front Patriotique Rwandais (FPR) constitué en grande majorité de Tutsi exilés depuis les pogroms et les massacres dont ils ont été victimes depuis 1959 et auxquels le retour au Rwanda a été refusé. Les extrémistes hutu au sein du régime n’ont eu de cesse d’attiser la haine anti-tutsi au sein de la population, ultime instrumentalisation d’une division Hutu/Tutsi utilisée comme arme politique. L’attentat du 6 avril 1994 contre l’avion du président rwandais Habyarimana a constitué l’événement décisif pour la prise du pouvoir par ceux qui se réclamaient du Hutu Power et pour le déclenchement du génocide.

Ce génocide planifié, reconnu par la communauté internationale, a pu être mis en œuvre grâce au silence des grandes puissances, mais aussi et surtout au soutien apporté par les autorités françaises à ceux qui commettaient le génocide.