Accueil du site > Publications > Les Dossiers Noirs > Dossier Noir n°4 - "Présence militaire française en Afrique : dérives...", (...)

Dossier Noir n°4 - "Présence militaire française en Afrique : dérives...", Agir ici et Survie, L’Harmattan, 1995

Avant-propos : Choix et non-choix (1)

Au lendemain des indépendances, la France a prolongé ses liens étroits avec ses anciennes colonies en menant une politique de coopération multiforme, tant sur les plans technique et culturel, qu’économique et militaire, visant à garantir une stabilité apte à conforter son influence. Cette politique, impulsée par le général de Gaulle et reproduite par (...)

Arcanes et rouages de la coopération militaire : Qui décide ?

Les affaires africaines constituent le domaine réservé de l’Elysée. La coopération militaire faillit d’autant moins à la règle que le Président de la République est aussi le chef des armées. C’est le ministre de la Coopération qui met en oeuvre les directives du chef de l’Etat aux plans technique et financier. Toutefois, la caractéristique majeure de (...)

Arcanes et rouages de la coopération militaire : 800 millions de francs, pour quoi faire ?

Les budgets de la coopération militaire ont connu une courbe de croissance continue jusqu’en 1978, et se sont stabilisés (en francs constants) pour tourner autour du milliard de francs depuis 1984, avec une baisse sensible certaines années (820 millions en 1994). L’aide directe en matériel est plutôt en déclin depuis 1980, sauf lorsque des opérations (...)

Arcanes et rouages de la coopération militaire : Liens et noeuds : les accords

La coopération militaire recouvre deux notions distinctes : l’assistance militaire technique et les accords de Défense. L’ASSISTANCE MILITAIRE TECHNIQUE, théoriquement non liée politiquement, et qui ne préjuge pas d’accords complémentaires pouvant consacrer des options communes aux deux parties. Le ministère de la Coopération, et plus spécialement la (...)