Accueil du site > Publications > Les Dossiers Noirs > Les candidats à la présidentielle de 1995 et l’Afrique : le dire et le (...)

Les candidats à la présidentielle de 1995 et l’Afrique : le dire et le faire

Dossier Noir n°5 - Agir ici et Survie, L'Harmattan, 1995

Avant-propos (1)

La " Coalition pour ramener à la raison démocratique la politique africaine de la France " achève la série de ses 5 Dossiers noirs par une démarche indicative et prospective : présenter les positions, en matière de politique africaine, des principaux candidats à l’Élysée (2), pour éclairer à cet égard le vote des électeurs et baliser le champ que le futur (...)

Edouard Balladur en couverture

Avant d’être nommé Premier ministre, Edouard Balladur ne s’était guère exprimé sur la politique africaine de la France, ni n’avait porté de jugement sur l’efficacité de sa coopération. Ceux qui l’avaient approché avaient d’ailleurs cru remarquer son faible intérêt pour l’Afrique subsaharienne. Confronté à ses problèmes en tant que chef du gouvernement, il a (...)

Jacques Chirac, entre Juppé et Foccart

Jacques Chirac a en Afrique un réseau de relations beaucoup plus étendu qu’Edouard Balladur. Certaines des mieux entretenues (Eyadéma, Mobutu) n’indiquent pas, c’est le moins qu’on puisse dire, une ferme volonté de changement. Ni le fait qu’il ait enrôlé le réseau gaulliste de Jacques Foccart (dont il conviendra de comparer l’approche avec celle du réseau (...)

Lionel Jospin : l’adieu à Mitterrand ?

Bien qu’il ait animé, dans les années soixante-dix, le secrétariat du Parti socialiste aux problèmes du Tiers-monde, ce qui l’a amené à suivre les questions africaines, Lionel Jospin n’a pas l’expérience de leur gestion dans une situation de pouvoir, et il n’est pas lié à un réseau françafricain (au sens clientéliste). Cela rend plus incertain le pronostic (...)