Survie

Guinée équatoriale : Cachez ce que vous touchez

(mis en ligne le 1er mars 2003)

Aussi bien en cour à Washington qu’à Paris, le cruel dictateur équato-guinéen Teodoro Obiang Nguema, concierge d’énormes gisements de pétrole, a planqué entre 300 et 500 millions de dollars de pourboires sur un compte “familial” à la Riggs Bank de Washington (ou plutôt sa filiale très select Dupont Circle) (Los Angeles Times, 21/01). De quoi payer un solide appareil de répression, sicaires et mercenaires.

Cette information rajoute de l’huile dans les rouages de la campagne Publish What You Pay (Publiez ce que vous payez), à l’adresse des compagnies pétrolières et minières : les redevances sur les produits du sous-sol d’un pays donné doivent aller sur les comptes officiels de ce pays, non sur les comptes privés de ses dirigeants, d’autant plus enclins à brader les intérêts nationaux.

Lancée par l’ONG britannique Global Witness, cette campagne a désormais un impact international remarquable (www.publishwhatyoupay.org). Survie en a été l’un des premiers signataires en France, où le Secours catholique s’est tout spécialement impliqué (www.secours-catholique.asso.fr) - à la fureur des Obiang Nguema, Sassou Nguesso et Cie : si on ne peut plus partager l’argent du pétrole avec les étrangers, à quoi sert de conquérir si durement le pouvoir, puis de s’y maintenir par le fer et le feu ?

Cet article a été publié dans Billets d’Afrique 112 - Mars 2003
Les articles du mensuel sont mis en ligne avec du délai. Pour recevoir l'intégralité des articles publiés chaque mois, abonnez-vous
Pour aller plus loin
a lire aussi