Survie

A fleur de presse

À FLEUR DE PRESSE - Dix mois de prison ferme pour José Bové

(mis en ligne le 1er avril 2003)

Le Canard enchaîné, MM. Bové et Riesel sont attendus au parloir, 05/03/2003 (Jean-Luc PORQUET) :

« Dix mois de prison ferme pour José Bové, [...] pour avoir participé le 5 juin 1999 à une destruction de riz transgéniques expérimentaux à Montpellier ! C’est bien la preuve, finalement, que tous ses détracteurs avaient raison : Bové n’est pas un authentique paysan.
Quand d’authentiques paysans saccagent une préfecture, dévastent le bureau d’un ministre, détruisent des stocks de viande importée, cassent des entrepôts, ils ne sont pas inquiétés par Dame Justice. Celle-ci s’incline respectueusement : voilà une mâle colère ; de rudes et admirables travailleurs ; parrainés par un sympathique syndicat pro-chiraquien. Mieux : ces vrais paysans réclament des subventions, des suppressions de taxes, bref des choses bien concrètes. Alors que Bové veut lancer un débat ! Alerter les citoyens sur le passage en force des OGM, le brevetage du vivant, la marchandisation du monde ! [...] 5 à 600 000 personnes ont écrit à l’Élysée pour demander sa grâce. Aucun authentique éleveur de porcs n’aurait bénéficié de ce soutien. C’est bien la preuve.
René Riesel [est] lui aussi est condamné à dix mois fermes. [...] Mais il ne demande aucune grâce. Et il veut que personne ne la demande pour lui. [... Selon lui,] tout ce tapage autour de la grâce présidentielle [... a occulté] le but de la lutte, “la remise en cause de l’artificialisation universelle de la vie, de sa mise en dépendance irréversible par le despotisme industriel”. »

Cet article a été publié dans Billets d’Afrique 113 - Avril 2003
Les articles du mensuel sont mis en ligne avec du délai. Pour recevoir l'intégralité des articles publiés chaque mois, abonnez-vous
Pour aller plus loin
a lire aussi