Survie

APD, BM, FMI : ILS ONT DIT : Mondialisation

(mis en ligne le 1er juin 2003)

« Le soutien de l’opinion publique à l’aide au développement est directement lié à notre aptitude à démontrer que cette aide est efficace. ».
(Les ministres des Finances du G7, document de travail sur l’efficacité de l’aide, 17/05).

Le G7 et ses bras financiers, la Banque mondiale et le FMI, ont de forts moyens de tromper l’opinion (voir Lire), mais ils ne peuvent pas démontrer une efficacité réelle de l’aide au développement là où c’est tout le contraire - la plupart des cas. La Banque mondiale reste enfermée dans une idéologie du développement conçue pour garantir que les plus forts le resteront. Les faucons de l’équipe Bush ont eu le mérite d’expliciter cette “feuille de route”.

De surcroît, la Banque refuse d’appliquer les conclusions (peu surprenantes) de ses meilleurs analystes : l’aide est contre-productive dans les pays où le pouvoir vole et brutalise la population. Comme ces pays sont nombreux, cesser d’y intervenir diminuerait très fortement le chiffre d’affaires de la Banque, l’obligeant à licencier une bonne partie de son personnel. Et puis, les multinationales originaires des pays du G7 sont partie prenante de la prédation, notamment dans les États pétroliers...

Résultat, la Banque mondiale et ses semblables, les “bailleurs de fonds”, ont inventé toute une rhétorique pour déguiser leurs échecs politiques en dysfonctionnements techniques (dont viendront à bout quelques prêts supplémentaires, rémunérant de coûteuses missions de consultants) : les détournements de fonds par le clan au pouvoir deviennent une « inadéquation dans l’utilisation des ressources allouées », etc. Il n’est pas sûr que ce double langage puisse encore longtemps masquer à l’opinion publique les stratégies réelles des dispensateurs de l’aide.

Cet article a été publié dans Billets d’Afrique 115 - Juin 2003
Les articles du mensuel sont mis en ligne avec du délai. Pour recevoir l'intégralité des articles publiés chaque mois, abonnez-vous
a lire aussi