Survie

L’embastillé de Djibouti

(mis en ligne le 1er juin 2003)

Pour des raisons éminemment stratégiques, le règne policier et mafieux d’Ismaël Omar Guelleh reste protégé par Paris - tout en étant désormais béni par Washington, proximité de l’Irak oblige.

Il est donc de très mauvais goût d’être à Djibouti à la fois un leader d’opposition et le directeur d’un journal contestataire. Tel est le cas de Daher Ahmed Farah (tout le monde dit “DAF”), qui a été envoyé “au trou” le 20 avril : difficile de qualifier autrement les geôles infâmes de la prison de Gabode.

Motif : diffamation. Mais l’on a beau scruter l’histoire et la politique du clan françafricain qui règne à Djibouti, on se demande ce qu’on en pourrait dire qui ne soit pas une atteinte à sa “réputation”.

Cet article a été publié dans Billets d’Afrique 115 - Juin 2003
Les articles du mensuel sont mis en ligne avec du délai. Pour recevoir l'intégralité des articles publiés chaque mois, abonnez-vous
Pour aller plus loin
a lire aussi