Survie

Le « complot »

(mis en ligne le 1er juillet 2003)

À Washington comme à Paris, les méthodes impérialistes de désinformation sont les mêmes. L’on vous dit d’abord qu’il n’y a plus d’impérialisme, mais seulement des interventions bienfaisantes, au nom de l’humanitaire et de la démocratie. C’est être adeptes de l’anti-France ou de la « théorie du complot » que d’évoquer les aspects non-philanthropiques de l’œuvre d’Elf ou les bénéfices néocoloniaux de la Françafrique. C’était faire preuve d’antiaméricanisme primaire que de contester les raisons « urgentes » d’attaquer l’Irak.

Sauf que désormais, en l’absence des armes de destruction massive qui “contraignaient” George Bush à conquérir les champs de pétrole irakiens, des parlementaires américains et britanniques vont eux-mêmes jusqu’à évoquer « la plus grande manœuvre d’intoxication de tous les temps ». Même le secrétaire d’État adjoint à la Défense, le faucon Paul Wolfowitz, admet que cette histoire d’armes fatales n’était qu’un prétexte : il fallait bousculer les réticences « bureaucratiques » de tous ceux pour qui le droit international a encore un sens. Bref, il avoue avoir comploté contre le droit international

Nous ne ferons pas ici le procès des médias US et britanniques qui ont gobé ces bobards - les rapports minables et les vieilles photos produits par leurs gouvernements - puis attisé la fièvre guerrière. Observons seulement que, quand on est capable d’avaler quelque chose d’aussi énorme, c’est sans doute qu’il y a eu des précédents - cette capacité de censure et d’aveuglement si bien documentée dans Black List (cf. Billets n° 115, Lire).

Nous ne ferons pas la leçon aux Anglo-Saxons, parce que les médias français sont capables du même suivisme, du même entrain à discréditer toutes les enquêtes ou interrogations dérangeantes. C’est qu’ils opèrent en majorité dans le cadre d’une soumission ou d’une résignation globales face à ce que l’éditorialiste de Libération Patrick Sabatier appelle « une évidence incontestable » : « seuls les États-Unis ont les moyens militaires de faire régner l’ordre. [...] Le “monde multipolaire” [...] n’est pour l’heure qu’un concept. Et l’islamo-terrorisme [...] représente la plus grande menace actuelle pour la sécurité des démocraties » (05/06). Comme si « la plus grande menace » n’était pas d’accepter la logique des tenants de cet « ordre », de plus en plus injuste, impudent, escroc, mensonger !

Cet article a été publié dans Billets d’Afrique 116 - Juillet Août 2003
Les articles du mensuel sont mis en ligne avec du délai. Pour recevoir l'intégralité des articles publiés chaque mois, abonnez-vous
a lire aussi