Survie

Total a tout faux

(mis en ligne le 1er juillet 2003)

Total ne cesse d’expliquer que sa présence en Birmanie, dans l’extraction du gaz et son transport par pipeline jusqu’en Thaïlande, contribue au bien-être de la population et à une évolution politique favorable. La dictature locale, gavée des revenus de la drogue et du gaz, vient de montrer qu’elle préférait continuer à terroriser le peuple. Le 30 mai, ses miliciens ont massacré près de 80 militants de la Ligue nationale qui, avec son leader Aung San Suu Kyi, a recueilli 80 % des suffrages lors des dernières élections libres. Aung San Suu Kyi a été blessée et emprisonnée. Total a abandonné le sigle Elf, mais pas le goût des dictatures sordides.

Cet article a été publié dans Billets d’Afrique 116 - Juillet Août 2003
Les articles du mensuel sont mis en ligne avec du délai. Pour recevoir l'intégralité des articles publiés chaque mois, abonnez-vous
Pour aller plus loin
a lire aussi