Survie

Rwanda : Cellules ouvertes pour les Papon rwandais

(mis en ligne le 1er juillet 2004) - François-Xavier Verschave

L’accord entre le gouvernement français et le Tribunal pénal international d’Arusha sur l’exécution des peines des responsables du génocide de 1994 jugés par ce Tribunal ouvre la voie à la " jurisprudence Papon " - des libérations anticipées pour maladie "diplomatique". Il incite les accusés à se montrer encore plus silencieux sur la complicité de la France dans le génocide : cette complicité peut encore servir. Le texte de loi autorisant l’approbation de cet accord devait être voté définitivement par le Sénat le 6 avril, jour des manifestations négationnistes (Billets n° 125) : une provocation qui aurait pu favoriser une levée de boucliers préventive. In extremis, le texte a été retiré de l’ordre du jour, pour être adopté plus discrètement le 27 mai, et promulgué le 7 juin.

Francois-Xavier Verschave

Cet article a été publié dans Billets d’Afrique 127 - Juillet Août 2004
Les articles du mensuel sont mis en ligne avec du délai. Pour recevoir l'intégralité des articles publiés chaque mois, abonnez-vous
a lire aussi