Survie

A FLEUR DE PRESSE : Darfour

(mis en ligne le 1er novembre 2004)

The Village Voice, Le pétrole fait flamber le génocide. Le seul espoir pour les survivants du Darfour pourrait venir d’une campagne massive de désinvestissement, 15/10/2004 (Nat HENTOFF, traduit par nos soins) : " George W. Bush [...] a plaidé [le 21 septembre] pour la constitution, au sein de l’ONU, d’un fonds destiné à aider (certains) pays à jeter les fondations d’une démocratie. Comme disaient les organisation ouvrières d’antan à propos des patrons qui revendiquaient l’inutilité des syndicats en raison de la "protection" dont bénéficiaient leurs employés, le Président invoque "l’inaccessible étoile".
Structurellement, l’ONU est incapable d’imposer le respect des droits humains à un grand nombre de ses pays membres. La Russie et la Chine qui, entre autres, en abusent, bénéficient du droit de veto au Conseil de sécurité. Quant à la Commission des droits de l’Homme, composée de nombreux contrevenants aux principes élémentaires de ces droits, le Soudan lui-même en est membre.
L’inaccessible étoile à laquelle je rêve est l’émergence d’une coalition parallèle et indépendante de pays en constante alerte sur l’apparition de menées génocidaires partout dans le monde et qui, contrairement à l’ONU, s’organiseraient pour les arrêter. Mais où sont ces pays ? [...]
Le professeur Eric Reeves (de l’université américaine Smith College) écrit : "Khartoum n’est sans doute pas heureux d’être exposé au regard du monde, mais il n’est pas l’objet des menaces clairement formulées qui l’obligeraient à rectifier fondamentalement son comportement. [...] Pour convaincre Khartoum que ses atrocités n’échapperont pas à l’agenda international (trouvant à s’abriter dans la rubrique " problème humanitaire "), la pression doit se traduire par une punition, combiner une action à court et à long terme sur le plan économique ; une campagne vigoureuse de désinvestissement est un des moyens d’y arriver." [...]
Le Washington Post écrit (12/09/2004) : "[...] Un gouvernement (les États-Unis) en accuse un autre (le Soudan) de génocide. Et pourtant, l’accusé ne paiera sans doute pas le prix d’avoir commis le pire de tous les crimes, en raison de l’intérêt limité des puissances de ce monde pour la question". [...]
Par conséquent, nous devons mettre en œuvre le plan d’Eric Reeves d’une campagne de désinvestissement dirigée contre les institutions américaines, publiques et privées, qui tirent profit de leurs investissements dans les compagnies pétrolières internationales dont les contributions permettent à Khartoum d’armer les soldats et milices qui commettent un génocide. Eric Reeves souligne : "Les fonds de pension US possèdent à eux seuls 91 milliards de dollars d’actions d’entreprises ayant des relations commerciales avec le Soudan, telles que Siemens (Allemagne), Alcatel (France), ABB (Suisse), Tatneft (Russie), et PetroChina (Chine). [...] Je pense [...] que beaucoup d’Américains s’inquièteront des placements dans les compagnies pétrolières meurtrières effectués par des institutions privées américaines - fonds de pension, systèmes de retraite, fonds mutuels... dont nous sommes nombreux à tirer bénéfice". Un nouveau site fournit plus d’information sur la campagne de désinvestissement : www.divestsudan.org. "

Y’a de l’idée... On commence par Alcatel ? Allez voir le site, c’est très intéressant.

Sharon Courtoux

Cet article a été publié dans Billets d’Afrique 130 - Novembre 2004
Les articles du mensuel sont mis en ligne avec du délai. Pour recevoir l'intégralité des articles publiés chaque mois, abonnez-vous
Pour aller plus loin
a lire aussi