Survie

Communiqué : Jean-Baptiste Dzilan, journaliste indépendant,

(mis en ligne le 1er novembre 2004)
Jean-Baptiste Dzilan, journaliste indépendant, membre de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme, à nouveau menacé.
Communiqué commun de Acat, Agir ensemble pour les droits de l’Homme, FIDH, Fi-Acat, Franciscans International, Organisation mondiale contre la torture et Survie, le 07/10/2004

Nos organisations sont préoccupées par les menaces de mort et les actes d’intimidation qui visent M. Jean-Baptiste Dzilan alias Dimas Dzikodo, journaliste indépendant et membre de la Ligue togolaise des droits de l’Homme (LTDH), depuis la publication d’articles qui mettent en cause le président de la République togolaise, N. Eyadema, ainsi que les membres de sa famille et de son entourage dans des malversations financières et des détournements de fonds.
M. Jean-Baptiste Dzilan reçoit quotidiennement des appels anonymes le menaçant de mort s’il ne quitte pas le pays dans les plus brefs délais. Ces menaces interviennent au moment où M. Dzilan, a publié au sein de son journal " Forum de la semaine " un article du coordinateur général du Mouvement patriotique du 5 octobre (MO5) qui reproche au président Eyadéma, de " conserver une haute main mise sur les ressources du pays, et sur le destin de la nation " et après qu’il ait lui-même écrit un article sur la retraite du général-Ministre de la défense.
M. Jean-Baptiste Dzilan avait déjà été arrêté par les forces de sécurité en juin 2003 et avait été maintenu en détention pendant 40 jours au cours desquels il avait été torturé , en raison de ses activités de journaliste et de défenseur des droits de l’Homme.
Ces faits sont en contradiction flagrantes avec les dispositions de la Déclaration sur les défenseurs des droits de l’Homme adoptée par l’Assemblée générale des Nations Unies, le 9 décembre 1998, notamment les articles 6.b et 6.c qui stipulent que chacun a le droit, individuellement ou en association avec d’autres :" de publier, communiquer à autrui ou diffuser librement des idées, informations et connaissances sur tous les droits de l’Homme et toutes les libertés fondamentales " et " d’étudier, discuter, apprécier et évaluer le respect, tant en droit qu’en pratique, de tous les droits de l’Homme et de toutes les libertés fondamentales et, par ces moyens et autres moyens appropriés, d’appeler l’attention du public sur la question ".
Nos organisations s’inquiètent de ces mesures d’intimidation et de menaces à l’égard d’un journaliste et défenseur des droits de l’Homme au moment où le Togo s’est engagé à garantir les droits fondamentaux des personnes dont le droit d’informer librement et le droit à l’intégrité physique et morale sont des dispositions essentielles.
Afin que ces promesses ne restent pas lettre morte, nos organisations demandent :
Aux autorités togolaises, de
- Garantir l’intégrité physique et morale de M. Jean-Baptiste Dzilan et des autres journalistes et défenseurs des droits de l’Homme ;
- Se conformer aux textes internationaux des droits de l’Homme auxquels le Togo est partie ;
- Se conformer aux 22 engagements visant à relancer la démocratisation et au respect des droits de l’Homme, contractés dans le cadre des négociations avec l’Union européenne conformément à l’article 96 des accords de Cotonou ;
À la communauté internationale, de
- faire pression sur les autorités togolaises afin qu’elles respectent les engagements pris quant à l’amélioration de la situation des droits de l’Homme et du respect des principes démocratiques.

Cet article a été publié dans Billets d’Afrique 130 - Novembre 2004
Les articles du mensuel sont mis en ligne avec du délai. Pour recevoir l'intégralité des articles publiés chaque mois, abonnez-vous
Pour aller plus loin
a lire aussi