Survie

Rwanda : SALVES : Le groupe Desmarais n’implique pas la France

(mis en ligne le 1er novembre 2004) - Olivier Guilbaud

Le site canadien cyberpresse.ca n’a pas hésité à faire une coupe franche dans la dépêche AFP du 22 octobre relatant la demande de Bagosora à la France. La phrase suivante a disparu : " La France est régulièrement accusée par l’actuel régime rwandais dominé par la minorité tutsie d’avoir entraîné et armé les auteurs du génocide, issus de la majorité hutue. Paris a toujours démenti toute implication dans le génocide qui a fait quelque 800 000 morts, selon l’Onu... "  [1] ainsi que le restant du texte.

Cette version amputée n’aide sûrement pas le profane à prendre conscience des forts soupçons autour des responsabilités françaises dans ce drame, ni de la portée de cette dépêche. Comme si tous les éléments ayant trait à l’implication française dans le génocide au Rwanda avaient été gommés. Une conception de l’information pour le moins étonnante pour un site qui se veut le site web de nouvelles le plus complet au Québec, propriété de la société Gesca qui détient aussi, entre autres, le quotidien montréalais La Presse et le journal Le Soleil. Sans doute s’agit-il d’un oubli fâcheux mais l’on ne manquera pas de se rappeler que Gesca est une filiale de Power Corporation, du groupe financier canadien Desmarais - actionnaire de Total et Suez via sa filiale suisse Pargesa. Deux groupes français sont représentés au CA de Power Corp : Dassault, qui a lancé ses avions de chasse sur une partie de la presse française, et la banque BNP-Paribas, qui a laissé fonctionner en plein génocide une partie des comptes spéciaux des génocidaires rwandais, lesquels s’en sont servis pour s’approvisionner en armes [2]. Dans pareil contexte militaro-financier, la vérité pourrait n’être qu’un accessoire.

Olivier Guilbaud

[1Nos lecteurs pourront se livrer à une analyse comparée des deux versions de cet article de l’AFP intitulé Procès du "cerveau du génocide" rwandais : le TPIR demande l’aide de Paris : la version tronquée publiée sur cyberpresse (si le lien est toujours fonctionnel www.cyberpresse.ca/monde/article/1,151,1061,102004,822788.shtml) et la version originale intégrale que l’on peut retrouver sur le site de la CEC (www.enquete-citoyenne-rwanda.org/) à la rubrique Nouvelles.

[2Selon le rapport de Pierre Galand et Michel Chossudovsky intitulé L’usage de la dette extérieure du Rwanda (1990/1994). La responsabilité des bailleurs de fonds. Chap. : Les achats d’armes après le 6 avril 1994, § 4.8. Et selon le rapport de l’ONU S/1998/63, § 16 à 27.

Cet article a été publié dans Billets d’Afrique 130 - Novembre 2004
Les articles du mensuel sont mis en ligne avec du délai. Pour recevoir l'intégralité des articles publiés chaque mois, abonnez-vous
a lire aussi