Survie

Congo-Brazzaville : Découverte d’un charnier à Brazzaville

(mis en ligne le 1er décembre 2004)

L’hebdomadaire La Rue Meurt du 20 octobre dernier a publié une information qui n’a pas suscité des commentaires dans les médias d’État tant elle dérange. En effet, selon ce journal, « plusieurs restes des corps, enfouis dans un charnier autour de la morgue municipale de Brazzaville, ont été exhumés, dimanche 17 octobre ». La nouvelle sur le lieu de l’enfouissement de ces corps a été rendue public par un agent retraité des Pompes funèbres municipales croulant depuis sous le poids des remords.

Depuis ce jour, des rumeurs persistantes sur l’origine desdits corps et les raisons de ces décès ont envahi la capitale. D’aucuns affirment « qu’il y aurait eu, ce dimanche-là, près de 200 corps adultes qui y seraient enfouis, aux années fortes de la guerre en 1997, 1998 et en 1999, année où auraient disparu de nombreux citoyens à Brazzaville ». D’autres laissent entendre « qu’il est très probable que plus de 500 corps seraient encore enfouis sous les pavés fraîchement posés dans la cour de la morgue municipale de Brazzaville ».

Quoi qu’il en soit, cette information relance les débats sur l’affaire des disparus du Beach à un moment, où le pouvoir espère une accalmie en attendant l’arrêt de la Cour d’Appel de Paris du 22 novembre, et conforte les soupçons sur l’existence d’autres charniers à Mbandza-Ndounga, Kindamba, Missafou... dans la région du Pool. Affaire à suivre.

Christian Loubier

Cet article a été publié dans Billets d’Afrique 131 - Décembre 2004
Les articles du mensuel sont mis en ligne avec du délai. Pour recevoir l'intégralité des articles publiés chaque mois, abonnez-vous
a lire aussi