Survie

Niger : Bon point

(mis en ligne le 1er janvier 2005)

– La réélection confortable et peu contestée de Mamadou Tanja (avec 65 % des suffrages), pour un second et dernier mandat présidentiel, montre que le Niger entend rester dans le groupe des pays francophones qui choisissent librement leurs dirigeants. Ce serait différent si, comme tant d’autres, le réélu prenait ensuite envie de modifier la Constitution pour s’accorder la possibilité d’une reconduction indéfinie, en s’appuyant sur les avantages électoraux que confère le pouvoir.

Cet article a été publié dans Billets d’Afrique 132 - Janvier 2005
Les articles du mensuel sont mis en ligne avec du délai. Pour recevoir l'intégralité des articles publiés chaque mois, abonnez-vous
Pour aller plus loin
a lire aussi