Survie

Soudan : Exactions au Darfour et dans le Haut-Nil

(mis en ligne le 1er mars 2005)

Exactions au Darfour et dans le Haut-Nil, des ONG françaises demandent des sanctions au Conseil de Sécurité des Nations Unies

Communiqué commun de ACAT-France, CCFD (Comité catholique contre la faim et pour le développement), Secours Catholique-Caritas France, Survie et Vigilance Soudan, le 16/02/2005

Le 14 février 2005, les États-Unis ont proposé un projet de résolution sur le Soudan prévoyant le déploiement d’une force onusienne de maintien de la paix entre le Nord et le Sud et la mise en œuvre de mesures contraignantes pour faciliter le règlement politique de la crise au Darfour. Dans le cadre d’un dialogue et d’une concertation régulière avec le Ministère des Affaires Étrangères français, les associations signataires ont formulé des recommandations qu’elles ont souhaité rendre publiques à l’occasion de la présentation, ce jour, du Rapport de la Commission d’enquête internationale sur le Darfour au Conseil de sécurité des Nations Unies.

Concernant le Darfour Devant l’ampleur du drame humain au Darfour, les simples condamnations de la communauté internationale, notamment celles de la France, ne suffisent plus. Elles demandent : – La saisine de la Cour Pénale Internationale (CPI) sur la situation au Darfour par le Conseil de sécurité des Nations Unies ; – La mise en place d’un système de sanctions qui aillent des plus ciblées (gel des avoirs à l’étranger, refus d’octroi de visas, etc.) à un embargo total sur les armes à destination du Soudan et sur l’exportation de pétrole ; – Que les belligérants soient encouragés par tous les moyens possibles à regagner la table des négociations et trouver une solution politique au conflit.

Concernant le Sud Soudan Elles demandent de promouvoir le déploiement d’une mission de 11 000 hommes, comme le prévoit le Conseil de Sécurité des Nations Unies, entre le nord et le sud, au titre du chapitre VII de la Charte des Nations Unies, afin d’apporter une véritable protection des civils sur l’ensemble du sud du pays, partout où les populations sont menacées d’exactions et de déplacements forcés, notamment dans la région du Haut-Nil, où les forces gouvernementales poursuivent leurs exactions.

Concernant l’aide financière internationale Elles demandent que soient prises des précautions dans le décaissement de l’aide octroyée par l’Union Européenne au Soudan suite à l’accord de paix Nord-Sud : – L’aide qui transite par le Gouvernement de Khartoum, à part pour sa composante "humanitaire", doit être conditionnée à des progrès réels et immédiats en ce qui concerne le Darfour. – En revanche, l’aide à destination du Sud doit être débloquée rapidement en faveur des organisations de la société civile pour faire face au très probable retour en masse des déplacés et des réfugiés.

Cet article a été publié dans Billets d’Afrique 134 - Mars 2005
Les articles du mensuel sont mis en ligne avec du retard. Pour recevoir l'intégralité des articles publiés chaque mois, abonnez-vous
a lire aussi