Survie

Algérie : Les institutions internationales jugent l’Algérie

(mis en ligne le 1er octobre 2005) - Survie

Le président algérien Abdelaziz Bouteflika et les institutions internationales nous rejouent depuis quelques mois cet épisode du cancre qui intercepte son bulletin et qui, à la mention « très mauvais élève » du directeur, rajoute avant de le remettre à son père : « mais quand même ça va ». Depuis 1992 et l’avènement des généraux algériens au premier plan du pouvoir, l’économie a pris un virage ultralibéral d’une barbarie inouïe. Pourtant, un récent rapport de l’institut américain Cato décrit l’économie algérienne comme « la moins libre du monde », classée 118ème sur 123 pays examinés. Il y a comme un bug là-dessous, que l’Institut Cato tente de minorer ensuite en indiquant que le pays « a une chance toutefois de voir ses performances s’améliorer dans les années à venir ». Depuis 1962, les Algériens vivent d’espoir et d’eau fraîche... L’espoir ne réside plus que du côté des rentiers de cette dictature. Quant à l’eau, elle est sur le point d’être mise sous la coupe du groupe Suez. Relance en pétard mouillé Bouteflika a lancé en 2001 un « plan de relance de l’économie » avec, parmi les nombreuses ambitions affichées, celle louable (divine surprise) de créer de l’emploi. Au bout du projet, entre 2001 et 2004, l’Algérie a compté 500 000 emplois... en moins, dans le seul secteur de l’industrie [Panapress-L’intelligent, 29/08]. Accessoirement, selon le Mouvement européen, l’Algérie compte « 60 % d’emplois précaires » [Liberté, 30/08]. Quant à la relance attendue, l’industrie algérienne a enregistré... « une baisse de 3 % au 1er trimestre 2005 » [Liberté, 29/08]. Milliards de mille sabords... en fond de cale Cinquante-cinq milliards de recettes miraculeuses sont venues remplir les caisses, et « 22 milliards en 7 mois en 2005 » [Le Jeune indépendant, 22/08]. Les Algériens pour leur part ne se sont jamais réveillés aussi pauvres. Seule nouveauté, l’opposition générale au projet de « Charte » de Bouteflika a permis à la presse d’oser enfin découvrir le sort des Algériens : « bidonville », « sinistres », « coupures d’électricité », « assassinat », « protestations », « émeutes », « manque », « emprisonnement », « épidémies »... Au demeurant, pris de panique par l’entrée massive d’argent due à la flambée du prix du pétrole, le Premier ministre algérien a dévoilé à la télévision son projet de loi de finances pour 2006 et 2007 : « Les recettes budgétaires prévisionnelles [sont faites] sur la base d’un baril de pétrole à... 19 dollars. » Pourquoi ? « Parce que je gouverne aujourd’hui avec un baril supérieur à 60 dollars, mais j’ai aussi gouverné avec le baril à 9 dollars en 1998... » explique fièrement Ahmed Ouyahia [El-Watan, 19/09]. Tout le monde sait que le pouvoir est tellement corrompu qu’il tape directement dans la caisse, mais le faire deux ans à l’avance, c’est tout de même assez inédit pour être signalé. Chapô les artistes !

Cet article a été publié dans Billets d’Afrique 140 - Octobre 2005
Les articles du mensuel sont mis en ligne avec du retard. Pour recevoir l'intégralité des articles publiés chaque mois, abonnez-vous
a lire aussi