Survie

Belles perspectives pour les militaires français

(mis en ligne le 1er octobre 2005)

Le ministère français de la Défense vient de rendre public son programme de réorganisation des forces présentes en Afrique, pour les 5 prochaines années. Aujourd’hui pré-positionnés dans une dizaine de pays africains, les 7 000 soldats seront désormais dirigés par trois état-majors régionaux basés à Dakar, Libreville et Djibouti. Si cette initiative permet de renforcer la cohérence du partenariat avec l’Union africaine, qui souhaite régionaliser ses forces de maintien de la paix, on ne peut que déplorer qu’elle ne s’accompagne d’aucune remise en cause de la coopération militaire française. Le ministère a en effet tenu à préciser que « cette réorganisation ne concernera ni les personnels, ni les effectifs, ni les accords de défense en vigueur et n’aura donc aucune incidence sur les coopérations bilatérales entre la France et les pays africains ». Les généraux français ont encore de beaux jours devant eux. Ce n’est pas Jacques Chirac qui contredira ce constat, lui qui vient d’arbitrer un face-à-face entre Bercy et le ministère de la Défense, en faveur de ce dernier. Son budget pour 2006 sera augmenté de 700 millions d’euros, représentant 15,5 milliards d’euros, soit le triple de l’effort français pour le financement du développement...

Guillaume Olivier

Cet article a été publié dans Billets d’Afrique 140 - Octobre 2005
Les articles du mensuel sont mis en ligne avec du délai. Pour recevoir l'intégralité des articles publiés chaque mois, abonnez-vous
Pour aller plus loin
a lire aussi