Survie

Ils ont dit... Mondialisation

(mis en ligne le 1er octobre 2005) - Sharon Courtoux

« Le monde dans lequel nous vivons est à la fois remarquablement prospère et parfaitement misérable. C’est un monde où un contrôle massif des ressources, des connaissances et des technologies côtoie de manière frappante des besoins extraordinaires et des inégalités effarantes. La gravité des divisions mondiales semble aller à l’encontre de toute notion selon laquelle nous sommes influencés, ou pouvons l’être, par un sentiment opératoire d’identité mondiale. Si nous sommes réellement si proches les uns des autres, comment pouvons-nous nous montrer si distants ? Dès lors que l’on considère les relations internationales comme essentiellement antagonistes et marquées par l’affrontement plutôt que par des appuis réciproques, il est naturel de demander une réduction de la mondialisation, dans l’intérêt des défavorisés du monde. Le mouvement anti-mondialisation est en fait un phénomène mondial, à la fois par le sujet de ses préoccupations et par sa participation. Les manifestants viennent des quatre coins du monde et s’assemblent pour protester contre ce qu’ils perçoivent comme de graves injustices dont souffrent les habitants de notre planète. En fait, le mouvement anti-mondialisation est peut-être le mouvement moral le plus mondialisé actuellement. Le principal défi, selon moi, ne concerne pas la mondialisation en tant que telle, mais l’inégalité aux échelles nationale et internationale. Une question cruciale est celle du partage des bénéfices potentiels de la mondialisation, entre pays riches et pays pauvres et entre les différents groupes d’un même pays. »

Amartya SEN, Prix Nobel d’économie 1998, de nationalité indienne, actuellement professeur d’économie et de philosophie à l’université de Harvard, entretien www.courrierdelaplanete.org, le 07/09.

Tout commentaire d’une si juste parole semble superflu. Sharon Courtoux

Cet article a été publié dans Billets d’Afrique 140 - Octobre 2005
Les articles du mensuel sont mis en ligne avec du délai. Pour recevoir l'intégralité des articles publiés chaque mois, abonnez-vous
a lire aussi