Survie

La faute aux chômeurs...

(mis en ligne le 1er octobre 2005)

Un autre rapport émanant de la Banque mondiale conclut que « les retraites promises au Moyen-Orient et en Afrique du Nord sont généreuses, mais trop coûteuses » [Quotidien d’Oran, 24/08]. Tout ça à cause de qui ? Des chômeurs, bien évidemment ! C’est ce que qu’affirme en tout cas « Christian Poortman, vice-président de la Banque mondiale pour [qui] "le problème du régime des retraites, dans la région Mena où 60 % de la population sont des jeunes, est d’ordre structurel et non démographique". » Or, mis ensemble, les retraités et les chômeurs forment l’écrasante majorité des Algériens, ce dont se vante d’ailleurs le ministre du Travail et de la Sécurité sociale, Tayeb Louh : « 80 % de la population algérienne vivent grâce à la Sécurité sociale » [Actualité, 18/09]. Mais il ne faut pas s’inquiéter outre mesure : la Banque mondiale ne tarit pas d’éloge sur l’Algérie. Son « conseil d’administration [...] s’est prononcé positivement récemment [...] à mi-parcours de la stratégie de coopération avec l’Algérie. » Elle suggère toutefois - cela ne s’invente pas - d’« utiliser les réserves pétrolières et gazières au profit, à long terme [sic !], du peuple algérien. » Même constat flatteur de l’Institut français de recherche en action commerciale pour qui « L’Algérie est l’un des pays les plus dynamiques. » [Liberté, 22/08]. Un dynamisme qui a fait littéralement exploser les importations, « plus de 10,6 milliards pour le premier semestre 2005 »..., de bric et de broc !

Cet article a été publié dans Billets d’Afrique 140 - Octobre 2005
Les articles du mensuel sont mis en ligne avec du délai. Pour recevoir l'intégralité des articles publiés chaque mois, abonnez-vous
a lire aussi