Survie

Occasion manquée à l’ONU

(mis en ligne le 1er octobre 2005) - Guillaume Olivier

« Le sommet mondial de 2005 offrira aux pays du monde une occasion comme il s’en présente rarement de s’unir pour contrer des menaces graves qui pèsent sur tous et appellent des solutions collectives énergiques. Il offrira aussi l’occasion de revitaliser l’ONU elle-même. Il sera donc, en un mot, une occasion à saisir pour l’humanité tout entière. » L’optimisme affiché par Koffi Anan à la veille du 60ème anniversaire des Nations unies, était sans compter sur les divergences persistantes entre les 170 Chefs d’État et de gouvernement réunis pour l’occasion ; les États-Unis contre les partisans du multilatéralisme, les tenants du droit d’ingérence contre les défenseurs de la souveraineté des États, une « aide au développement » réduite à ses aspect purement financiers, enfin des choix politiques reportés aux calendes grecques. Le compromis final est donc bien maigre ; l’élargissement du Conseil de sécurité, qui permettrait une représentation africaine, est reporté faute d’accord ; la définition du terrorisme ne figure pas dans le document final (faute d’entente sur cette notion), ni aucun engagement ferme sur les crédits à dégager pour le financement du développement. La création d’un Conseil des droits de l’Homme, censé remplacer une Commission discréditée par la présence de plusieurs États récalcitrants, comme la Libye ou le Zimbabwe, est confirmée sans qu’aucune disposition concrète ne préfigure sa mise en place. Cette occasion manquée de progresser vers une politique internationale multilatérale accrue et de poser les prémices d’une gouvernance mondiale, va donner les coudées franches à des institutions autrement moins légitimes (Banque Mondiale, FMI, OMC, etc) qui se saisiront de ces questions dans les prochains moins, en reléguant la réduction de la pauvreté au dernier rang de leurs priorités.

Guillaume Olivier

Cet article a été publié dans Billets d’Afrique 140 - Octobre 2005
Les articles du mensuel sont mis en ligne avec du délai. Pour recevoir l'intégralité des articles publiés chaque mois, abonnez-vous
a lire aussi