Survie

Sommet Bamako, Déc 2005 - 4 : Bamako ravale ses façades... et son orgueil

(mis en ligne le 1er novembre 2005) - Survie

La France invite, la France paye évidemment. Une enveloppe de 5 millions d’euros a été consacrée aux préparatifs de l’événement : protocole, sécurité, rénovation de l’aéroport de Bamako, extension du Palais des Congrès, etc. Depuis plusieurs mois le centre de Bamako fait donc peau neuve pour accueillir dignement le ballet des limousines : routes élargies, commerçants expulsés des trottoirs, bars et hôtels non conformes à un certain standing fermés administrativement (officiellement pour des questions de respect des bonnes mœurs), etc. Un effort particulier a été consacré à l’assainissement et à l’amélioration du système de santé de la ville, ce dont les Bamakois pourraient se féliciter, s’ils étaient les bénéficiaires de ces travaux. Or, d’après la communication officielle du sommet [www.afriquefrance2005.org] le plan d’assainissement et d’action médicale n’a été conçu en réalité que « pour répondre aux besoins spécifiques des participants au Sommet », faire que Bamako soit « assainie et rendue accueillante » et permettre que « les délégations puissent s’approvisionner facilement en médicaments au niveau des pharmacies ». La population démunie de « backstage » ou de passe-droit attendra.

Cet article a été publié dans Billets d’Afrique 141 - Novembre 2005
Les articles du mensuel sont mis en ligne avec du délai. Pour recevoir l'intégralité des articles publiés chaque mois, abonnez-vous
Pour aller plus loin
a lire aussi