Survie

Togo : A fleur de presse : Vers une normalisation des relations UE-Togo

(mis en ligne le 1er décembre 2006) - Victor Sègre

RFI, Vers une normalisation des relations UE-Togo (Anne-Marie MOURADIAN), 16/11 : « L’aide quinquennale allouée au Togo par l’Europe dans le cadre du 9ème FED s’élevait, à l’origine, à 104 millions d’euros mais elle a été amputée d’un certain pourcentage par an en raison des sanctions mises en place en 1993. Le Togo ne touchera donc plus, en principe, que 20 % des 104 millions initiaux auxquels il n’est toutefois pas exclu que l’Europe apporte une rallonge. C’est une bonne nouvelle pour le Togo même s’il ne s’agit pas encore d’une normalisation ni d’une reprise totale de la coopération européenne suspendue depuis 1993. Suite aux 22 engagements démocratiques pris par Lomé en 2004, l’Union européenne avait décidé qu’elle notifierait le 9ème FED, autrement dit qu’elle prendrait la décision de principe d’une reprise de son aide dès que Togo aurait fixé la date d’élections législatives. Il était prévu, en revanche, que les fonds européens ne seraient concrètement débloqués qu’après la tenue de ces élections. Cette semaine, le Conseil des ministres de l’UE a décidé de ne pas attendre le scrutin de juin 2007 pour débloquer l’argent, une des raisons étant que le 9ème FED expire l’an prochain et n’aurait pas pu financer de projets après juillet 2007. Par ailleurs, l’Europe veut encourager le Togo en dégageant rapidement de l’argent pour appuyer le processus électoral. »

Quel meilleur moyen pour ramener un putschiste sur la voie de la démocratie que de lui décaisser des fonds sur la base d’une simple promesse d’élections démocratiques ? Des 22 engagements exigés par l’UE, la tenue effective d’élections pluralistes et transparentes était évidemment la plus importante, mais signifierait à coup sur un nouveau désaveux pour un régime honni par la population. La décision de l’UE est effectivement un encouragement pour ce dernier, mais sans doute davantage un encouragement à se maintenir au pouvoir, moyennant une façade plus ou moins convaincante d’union nationale. On peut douter qu’il s’agisse d’une « bonne nouvelle pour le Togo », mais c’est assurément une bonne nouvelle pour les finances du clan Eyadema.

Victor Sègre

Cet article a été publié dans Billets d’Afrique 153 - Décembre 2006
Les articles du mensuel sont mis en ligne avec du délai. Pour recevoir l'intégralité des articles publiés chaque mois, abonnez-vous
Pour aller plus loin
a lire aussi