Survie

A fleur de presse : Côte d’Ivoire

(mis en ligne le 1er février 2007) - Odile Tobner

AFP, Girardin rencontre Gbagbo et évoque des "relations apaisées", Abidjan, 12/01 :
« La ministre française déléguée à la Coopération Brigitte Girardin a rencontré pour la première fois vendredi le président ivoirien Laurent Gbagbo à Abidjan, symbole selon elle des "relations apaisées" entre le président ivoirien et la communauté internationale. [...] Les relations se sont fortement dégradées entre la France et son ancienne colonie depuis novembre 2004 et un bombardement de l’aviation ivoirienne qui a tué neuf soldats français. Quelques jours plus tard, plusieurs Ivoiriens avaient été tués par des soldats Français au cours de violentes manifestations antifrançaises à Abidjan. »

Si la France courtise Gbagbo en ce début 2007, c’est probablement pour qu’il honore l’invitation au 24ème sommet France-Afrique qui aura lieu à Cannes en février. Ce serait une victoire pour la diplomatie africaine de Jacques Chirac. On est étonné cependant de lire, à la fin de cette dépêche, une relation aussi biaisée des événements de novembre 2004. Si les mots ont un sens, "plusieurs" n’est pas exactement l’adjectif qui convient pour désigner la soixantaine de victimes tombées spécifiquement devant l’hôtel Ivoire, alors qu’elles manifestaient contre la présence de l’armée française dans ce lieu, siège de services gouvernementaux ivoiriens, où il n’y avait aucun Français à protéger. Même si l’épisode est peu glorieux pour l’armée française, on doit à la vérité de ne pas l’escamoter ou le travestir.

Odile Tobner

Cet article a été publié dans Billets d’Afrique 155 - Fevrier 2007
Les articles du mensuel sont mis en ligne avec du délai. Pour recevoir l'intégralité des articles publiés chaque mois, abonnez-vous
a lire aussi