Survie

Lettre ouverte concernant la situation d’un défenseur des droits de l’Homme à Djibouti

(mis en ligne le 1er avril 2007) - Survie

À Monsieur Philippe Douste-Blazy
Ministre des Affaires étrangères

De l’ARDHD et Survie, Paris, le 14 mars 2007

Monsieur le Ministre,

Nos associations sont particulièrement inquiètes sur l’évolution de la situation à Djibouti et en particulier le harcèlement policier dont est victime M. Jean-Paul Noël Abdi, Président de la [...] LDDH et Vice-président pour l’Afrique de l’est de l’[... UIDH...]

Depuis de nombreuses années, en dépit des difficultés et des obstacles qu’il rencontre dans son pays, Monsieur Abdi défend les droits de l’Homme. Son action courageuse et engagée est reconnue non seulement par les Djiboutiens mais par l’ensemble des défenseurs des droits de l’Homme.

La semaine dernière, il a publié deux informations importantes : – la première concerne la découverte d’un premier charnier dans le Nord de Djibouti (DAY) – la seconde concerne une affaire sordide : le viol récent d’une jeune fille sourde-muette par un militaire de la Garde nationale djiboutienne.

Les réactions officielles du Gouvernement djiboutien ne se sont pas fait attendre. Dès le vendredi 9 mars, Monsieur Abdi était arrêté à son domicile par la Police criminelle qui agissait sans mandat.

En dépit de son état médical préoccupant et de la nécessité de suivre un traitement régulier, il a été incarcéré à la Prison de Gabode où il a passé quarante-huit heures en garde à vue. Au cours de ces deux jours complets, il n’a été interrogé que durant 25 minutes par un juge d’instruction, qui lui a signifié sa remise en liberté provisoire et qui lui a délivré une convocation pour samedi prochain (17 mars).

À sa sortie du tribunal, les policiers, agissant sur ordre, lui ont demandé de leur remettre son passeport, qu’ils ont saisi.

Pour ces deux raisons, Monsieur Abdi ne pourra pas se rendre à Ouagadougou pour participer à la conférence annuelle de l’UIDH et présenter le rapport sur la situation des droits de l’Homme à Djibouti.

Par ailleurs, la convocation qu’il a reçue pour samedi prochain, laisse supposer qu’il est susceptible d’être de nouveau incarcéré pour des motifs qui n’auraient rien de répréhensibles dans un état de droit.

Nous sollicitons votre Ministère pour qu’il intervienne le plus rapidement possible auprès des autorités djiboutiennes, afin que : – le passeport de Monsieur Abdi lui soit immédiatement restitué et qu’il soit libre de circuler, y compris à l’étranger, pour participer à cette conférence internationale, – cessent toutes les manœuvres de harcèlement qui sont dirigées contre un défenseur reconnu des droits de l’Homme [...]

La France ne saurait admettre que de telles injustices soient commises sous ses yeux, sans réagir.

Dans le cas contraire, nous ne serions pas loin de penser qu’elle accorde un soutien abusif à une dictature qui viole sans cesse et en toute impunité (jusqu’à présent) les droits d’une population civile qui est soumise à une forme moderne d’asservissement et qui est victime de massacres (Arhiba 1991 et Arhiba 2005, plus tous ceux que l’on commence à identifier au fur et à mesure de la découverte de charniers). Les raisons seraient faciles à imaginer : la défense des intérêts stratégiques de la France serait-elle supérieure à celle de la protection des défenseurs des droits de l’Homme et aussi d’un juge français assassiné dans l’exercice de ses fonctions. [...]

Une mobilisation conduite par l’ARDHD et Survie pour la défense de Jean-Paul Noël Abdi – L’ARDHD et Survie ont publié un communiqué commun pour dénoncer l’arrestation de Jean-Paul Noël Abdi et ont adressé une lettre ouverte à M. Douste-Blazy, ministre français des Affaires étrangères, pour lui demander une intervention diplomatique auprès des autorités djiboutiennes afin qu’elles cessent de le harceler, qu’elles lui restituent son passeport et qu’elles rétablissent sa liberté de circuler (lire encadré ci-contre).

Ces communiqués ont été repris par de nombreux supports et des interviews ont été réalisées par Radio-Vatican, la BBC...

Le jugement rendu le dimanche 18 mars est contesté par tous les observateurs. Jean-Paul Noël Abdi était recherché pour sa diffusion d’information sur la découverte du charnier. Il a été jugé au dernier moment pour diffusion de fausses informations concernant le viol de la jeune fille handicapée. Son avocat avait demandé, dans ces conditions, le renvoi de l’affaire. N’ayant pas obtenu gain de cause, il n’a pas pu plaider.

Jean-Paul Noël Abdi a été condamné très lourdement à 6 mois de prison ferme et 100 000 FDJ d’amendes, soit environ 425 €.

Vers l’établissement d’un centre de commandement US pour l’Afrique à Djibouti ? – Depuis février, tant du côté américain que djiboutien, on évoque la possibilité d’installer à Djibouti, le centre de commandement militaire américain pour l’Afrique. La nouvelle n’a certainement pas fait sauter de joie les Français, qui encaissent les dividendes de leur soutien abusif au Gouvernement dictatorial de Guelleh. En réaction, les autorités françaises multiplient les signes de sympathie envers le régime...

Cet article a été publié dans Billets d’Afrique 157 - Avril 2007
Les articles du mensuel sont mis en ligne avec du retard. Pour recevoir l'intégralité des articles publiés chaque mois, abonnez-vous
a lire aussi