Survie

Des millions pour Bongo

(mis en ligne le 1er octobre 2008) - Raphaël de Benito

Les recettes pétrolières publiques au Gabon pour 2008 ont été spectaculairement revues à la hausse de 32,6 %, d’après un communiqué du Conseil des ministres gabonais. "Evaluées à 1.358 milliards de francs CFA (2,07 milliards d’euros), les recettes pétrolières seraient en hausse de 334,1 milliards (510 millions d’euros)". Et combien de millions d’euros évaporés ? Le pétrole représente environ 65% des recettes budgétaires gabonaises. Le budget gabonais ( et donc celui d’Omar Bongo) est donc lui aussi en hausse de 67,9%, à près de quatre milliards d’euros. Le Gabon a profité de la manne financière issue du pétrole pour augmenter ses charges de la dette publique. "Les charges relatives au service de la dette publique se chiffreraient à 1.163 milliards de FCFA (1,8 milliard d’euros). Cela se décompose en 126 milliards de paiements des intérêts (+16,9%), 1036,7 milliards (1,5 milliard d’euros) de remboursements en capital soit une augmentation de 175,3%". "Cet accroissement se justifie par le rachat anticipé de 86% de la dette gabonaise auprès des créanciers membres du club de Paris". Les cinq millions de Gabonais n’ont toujours pas vu la couleur de cette manne financière.

Soutenez l'action en justice contre Total !
Cet article a été publié dans Billets d’Afrique 173 - Octobre 2008
Les articles du mensuel sont mis en ligne avec du délai. Pour recevoir l'intégralité des articles publiés chaque mois, abonnez-vous
Pour aller plus loin
a lire aussi