Survie

Des millions pour Bongo

(mis en ligne le 1er octobre 2008) - Raphaël de Benito

Les recettes pétrolières publiques au Gabon pour 2008 ont été spectaculairement revues à la hausse de 32,6 %, d’après un communiqué du Conseil des ministres gabonais. "Evaluées à 1.358 milliards de francs CFA (2,07 milliards d’euros), les recettes pétrolières seraient en hausse de 334,1 milliards (510 millions d’euros)". Et combien de millions d’euros évaporés ? Le pétrole représente environ 65% des recettes budgétaires gabonaises. Le budget gabonais ( et donc celui d’Omar Bongo) est donc lui aussi en hausse de 67,9%, à près de quatre milliards d’euros. Le Gabon a profité de la manne financière issue du pétrole pour augmenter ses charges de la dette publique. "Les charges relatives au service de la dette publique se chiffreraient à 1.163 milliards de FCFA (1,8 milliard d’euros). Cela se décompose en 126 milliards de paiements des intérêts (+16,9%), 1036,7 milliards (1,5 milliard d’euros) de remboursements en capital soit une augmentation de 175,3%". "Cet accroissement se justifie par le rachat anticipé de 86% de la dette gabonaise auprès des créanciers membres du club de Paris". Les cinq millions de Gabonais n’ont toujours pas vu la couleur de cette manne financière.

Cet article a été publié dans Billets d’Afrique 173 - Octobre 2008
Les articles du mensuel sont mis en ligne avec du retard. Pour recevoir l'intégralité des articles publiés chaque mois, abonnez-vous
Pour aller plus loin
a lire aussi