Survie

Petits arrangements franco-rwandais

(mis en ligne le 1er janvier 2009)

Il n’y a plus de doutes quant à l’arrangement franco-rwandais visant à traiter l’épine des « mandats Bruguière ». Après les visites à Kigali, à l’automne et en catimini, de conseillers élyséens, l’arrestation « arrangée », le 9 novembre en Allemagne, de Rose Kabuye, proche du président rwandais Paul Kagame, son extradition « volontaire » vers la France puis sa remise en liberté sous contrôle judiciaire, voilà que la justice française a autorisé Rose Kabuye à rentrer au Rwanda pour les fêtes. La directrice du protocole rwandais avait été mise en examen par le juge antiterroriste Marc Trévidic pour complicité d’assassinats et association de malfaiteurs, le tout en relation avec une entreprise terroriste. Des chefs d’accusations gravissimes en contradiction avec une telle mesure de clémence sauf s’il y a un accord politique derrière. Et qui nous confirme au passage que l’instruction de Bruguière ne vaut pas tripette juridiquement. Ce n’était d’ailleurs pas dans le champs juridique qu’elle s’inscrivait mais bien dans celui du politique.

Cet article a été publié dans Billets d’Afrique 176 - Janvier 2009
Les articles du mensuel sont mis en ligne avec du délai. Pour recevoir l'intégralité des articles publiés chaque mois, abonnez-vous
a lire aussi