Survie

Dernière minute, l’UA condamne la France sur la question de Mayotte

(mis en ligne le 1er février 2009)

L’Union de l’unité africaine (OUA) a adopté, le 1er février, à l’unanimité une décision sans équivoque sur la question de l’île de Mayotte. La position française sur l’appartenance de Mayotte à la France n’a obtenu aucune adhésion africaine malgré une intense campagne. Le conseil exécutif de l’OUA est clair et sans détour. Il réaffirme l’appartenance de l’île comorienne de Mayotte à l’Union des Comores : il rappelle toutes ses résolutions antérieures, rappelle également que le Peuple comorien, lors du référendum du 22 décembre 1974, a exprimé sa volonté d’accéder à l’indépendance dans l’unité politique et l’intégrité territoriale de l’archipel des Comores ; considère que les référendums organisés les 8 février 1976 et 11 avril 1976 par l’ancienne puissance coloniale dans l’île de Mayotte constituent une violation grave de l’intégrité territoriale des Comores et enfin considère que l’inscription de l’Ile comorienne de Mayotte dans la Constitution de la République française est contraire au droit international. Et à ce titre, l’OUA condamne l’organisation, le 29 mars 2009, d’un référendum sur la départementalisation de l’île de Mayotte et exige l’arrêt immédiat de ce processus. (Lire notre dossier sur la question dans ce numéro)

Cet article a été publié dans Billets d’Afrique 177 - Février 2009
Les articles du mensuel sont mis en ligne avec du délai. Pour recevoir l'intégralité des articles publiés chaque mois, abonnez-vous
a lire aussi