Survie

Elections, piège à c…

(mis en ligne le 1er février 2009)

Alors que, depuis toujours, les citoyens camerounais réclament une Commission électorale nationale indépendante (CENI) pour contrôler le processus électoral camerounais, notoirement défaillant, au point qu’une grande partie des Camerounais, conscients de cette tromperie, ne votent pas, voici deux ans que le pouvoir prépare la structure ELECAM, organisme chargé de « redonner confiance au corps électoral ».
On n’a pas été déçu quand, le 30 décembre 2008, on en a connu les membres, nommés par le chef de l’Etat. Le président, Fonkam Samuel AZU’U est membre du Comité central du RDPC, Mmes Bomba Cécile et Njeuma Doroty sont membres du Bureau politique du RDPC, Abdoulaye Babale est membre du comité central du même parti. Mme Sadou Daouda et Ejake Mbonda Thomas sont aussi membres du RDPC etc.
Au total dix membres sur douze appartiennent au parti au pouvoir. Devant l’indignation suscitée dans l’opinion, René Sadi, secrétaire général du RDPC a annoncé que ces personnes démissionnaient…du RDPC, pour se conformer à la loi créant ELECAM qui exige que ses membres soient indépendants des partis politiques.
La manœuvre était si grossière que le Commonwealth a déclaré suspendre sa subvention à l’organisation des élections et que, lors de la fastueuse cérémonie de prestation de serment des membres d’Elecam, le 30 janvier 2009, les représentants diplomatiques des USA, de l’UE, du Royaume-Uni et du Canada étaient absents. L’attaché de presse de l’ambassade des Etats-Unis, a déclaré à propos de l’institution désormais chargée d’organiser les élections au Cameroun : « Elecam n’est pas représentatif de l’ensemble de la société camerounaise ». Ce hold-up du parti au pouvoir sur l’organisation des élections, montre à quel point Paul Biya a peur de la vérité des urnes et enlève tout espoir d’avoir bientôt au Cameroun une consultation crédible de la population.

Cet article a été publié dans Billets d’Afrique 177 - Février 2009
Les articles du mensuel sont mis en ligne avec du délai. Pour recevoir l'intégralité des articles publiés chaque mois, abonnez-vous
a lire aussi