Survie

Le massacre des Bagogwe. Un prélude au génocide des Tutsi.

(mis en ligne le 1er février 2009) - Sharon Courtoux

Rwanda (1990-1993). Par Diogène Bideri, l’Harmattan, 150 p., 14, 50 euros.

L’intérêt de ce livre est qu’il montre que le génocide des Tutsi trouve son origine bien avant la guerre de 1990 contre le Front patriotique rwandais (FPR). Depuis 1959, les Bagogwe étaient considérés par les populations hutus du nord du Rwanda comme une caste inférieure. Ils seront marginalisés par tous les régimes. Le massacre des Bagogwe commence en janvier 1991. A partir d’octobre 1990, la présence des soldats Français «  s’intensifie dans les zones de guerre ». Un témoin oculaire raconte que « les français était parfaitement au courant des massacres et des autres violations des droits humains ». Ces massacres « permirent au gouvernement rwandais de tester l’absence de réaction de la communauté internationale ». « Au mois de mars 1991, l’état major des armées françaises avait décidé d’implanter à Ruhengeri un détachement d’assistance militaire et d’instruction (DAMI). Les premiers éléments du DAMI s’installèrent le 29 mars 1991 à l’université de Nyakinama près de Ruhengeri. […] L’armée française a formé des militaires rwandais parmi lesquels de nombreux tueurs. Un témoin militaire atteste la présence des militaires française à Bigogwe au moment des massacres : « Là où j’étais dans le Bigogwe, les français nous avait formés en nous disant que c’était pour aller combattre l’ennemi et le seul ennemi était le Tutsi. Jusqu’au moment où nous avons tué les Bagogwe qui habitaient dans le coin. ».
Diogène Bideri souligne la responsabilité de Pierre Tegera, qui vit tranquillement en France. Un petit ouvrage d’une grande importance, qui se terminent sur ces mots : « Le rôle des troupes étrangères, surtout les militaires français, doit être dégagé. Beaucoup d’informations montrent que les militaires français étaient dans les camps où les exécutions étaient commises. La présence des instructeurs français apparaît comme un appui moral et matériel au régime rwandais. La complicité éventuel entre le DAMI et les tueurs devrait être établi ».
Cet ouvrage est disponible à la commande à Survie [1]

[1Survie. 210, rue Saint-Martin - 75003 Paris

Cet article a été publié dans Billets d’Afrique 177 - Février 2009
Les articles du mensuel sont mis en ligne avec du délai. Pour recevoir l'intégralité des articles publiés chaque mois, abonnez-vous
a lire aussi