Survie

La part des « anges »

(mis en ligne le 1er mars 2009)

Selon l’OCDE, les paradis fiscaux attirent chaque année l’équivalent de 7% à 8% du PIB de l’Afrique. Global Financial Integrity, un think tank américain évalué l’ensemble des flux financiers qui quittent illicitement les pays en développement (en Asie et en Afrique). Ces flux englobent les revenus générés par des activités illégales comme la corruption, les détournements de fonds publics ou les activités criminelles. Mais ils incluent aussi et surtout les pratiques consistant à manipuler les prix des importations et des exportations. Une méthode fréquemment utilisée pour sortir des capitaux d’un pays consiste à gonfler artificiellement le prix des importations ou au contraire à exporter des produits locaux à des prix bradés. Global Financial Integrity estime que 850 à 1000 milliards de dollars sont illégalement sortis des pays en développement en 2006. Un chiffre en constante progression puisqu’il augmente de 18 % l’an sur la période examinée.

Cet article a été publié dans Billets d’Afrique 178 - Mars 2009
Les articles du mensuel sont mis en ligne avec du délai. Pour recevoir l'intégralité des articles publiés chaque mois, abonnez-vous
a lire aussi