Survie

Le monde selon P. : Puant !

(mis en ligne le 1er mars 2009) - Victor Sègre

Sous couvert de « scoop » sur Bernard Kouchner, le nouveau livre de Pierre Péan constitue, en fait, la suite de la campagne négationniste au service de ceux qui craignent d’avoir à répondre un jour de complicité de génocide.

Alors que le livre Noirs fureurs, blancs menteurs, paru en 2005, n’avait touché qu’un public relativement restreint et avait valu à son auteur une volée de bois vert quasi-générale pour avoir défendu de manière caricaturale et haineuse « la synthèse de tous les négationnismes déjà publiés » (Le Soir, 26/11/05) sur le génocide des Tutsi du Rwanda, le dernier ouvrage de Pierre Péan, Le monde selon K., constitue une relance de la même campagne de propagande. Une campagne déguisée derrière un « scoop » retentissant et préparée par la publication des « bonnes feuilles » dans Marianne. La parution du livre a immédiatement fait l’objet d’une campagne de presse massive et a instantanément pris les allures d’une affaire d’Etat, obligeant Kouchner à s’expliquer devant les députés, et le président de la République à la mentionner lors d’une intervention télévisée. On ne sait si l’on doit s’étonner le plus de ce soudain emballement ou du mutisme qui l’a précédé dans les grands médias, car comme le reconnaît Péan lui-même, son livre ne contient en fait aucune révélations inédites sur la personnalité politique la plus appréciée des Français. On savait que, depuis la guerre du Biafra, l’image du French doctor était régulièrement utilisée au service de l’impérialisme français, pour ripoliner les politiques les plus criminelles. Son rapport visant à dédouaner Total des accusations de travail forcé en Birmanie, rédigé en 2003 à la demande de la multinationale et payé 25 000 euros, a été périodiquement rappelé dans certains journaux et ne laisse guère de doute sur le sens moral du personnage. Devenu ministre des Affaires étrangères, il cache d’ailleurs de moins en moins ses relations amicales avec quelques autocrates françafricains. Quant aux « expertises » sur les systèmes de santé qu’il est censé avoir réalisé pour certains d’entre eux, elles avaient été signalées à plusieurs reprises dans la Lettre du Continent. Péan révèle la très généreuse rémunération perçue pour ces travaux, et les efforts de Kouchner et de ses proches, placés à des postes officiels, pour récupérer les impayés.

Une lutte de clans

Sur la base des extraits publiés dans Marianne, la plupart des commentateurs s’en sont tenus à cette dernière affaire, qui n’occupe pourtant qu’une place très restreinte dans le livre de Péan. Paresse journalistique ou jubilation de voir enfin dégommer une icône en carton pâte, le reste a été ignoré, quitte à nourrir un contresens dans l’opinion [1] : celui d’un Péan pourfendeur de la françafrique. Un « concept » que ce dernier « déteste » pourtant et qu’il ne juge « plus d’actualité ». (Rue 89, 15 février). S’il la déteste, il la connaît pourtant de près, lui qui, entre autres, dit respecter la raison d’Etat, prend plaisir à discuter avec Omar Bongo et ne cache pas son amitié pour Bruno Delaye, ancien responsable de la cellule africaine de l’Elysée pendant le génocide des Tutsi. Depuis longtemps maintenant, Péan s’est fait le porte-drapeau de ceux sur qui pèse l’épée de Damoclès judiciaire de complicité de génocide, crime imprescriptible. En 2005, il expliquait avoir pris la plume pour ces militaires qu’il a « vu (…) pleurer devant [lui] tellement les attaques ont été violentes » et qui ne comprennent pas « pourquoi ils ne sont plus défendus » car depuis 1995 « personne ne sait ou ne veut gérer la communication » (AFP 25 novembre 2005). Péan s’est donc fait moins enquêteur que chargé de communication. Dans son dernier ouvrage, il souligne encore « la grogne des militaires » à l’encontre du pouvoir politique, accusé de n’avoir par répondu correctement à la publication du rapport Mucyo qui les mettait en cause (Billets d’Afrique n°172, septembre 2008). Il s’en s’indigne d’ailleurs : « les autorités françaises acceptaient ainsi une nouvelle fois de laisser Kagame salir la France  ». Le mois dernier encore, il n’a cessé de le répéter : ce ne sont pas les bonnes affaires françafricaines de Kouchner qui ont motivé la rédaction de son ouvrage, mais l’amorce de réconciliation diplomatique entre la France et le Rwanda dont le ministre des affaires étrangères fut l’un des protagonistes [2] . Il a aussi « trouvé insupportables  » les velléités d’extradition devant le Tribunal Pénal International pour le Rwanda (TPIR) de « prétendus génocidaires » vivant tranquellement en France (Le Monde selon K.). Une petite minorité de journalistes a tout de même relevé les obsessions rwandaises de Péan (parfois pour les justifier naïvement (?) comme Frédéric Bonnaud , Siné Hebdo du 18/02/07, au nom d’une continuité avec les articles que Stephen Smith publiait dans Le Monde en mars 2004…) mais il valait mieux lire la presse étrangère pour un décryptage sans langue de bois : « Il s’agit là d’une lutte de clans » (Le Soir, 04 février 09).

Du déni de la complicité française…

Lors du marathon médiatique qui lui fut offert, Péan a ainsi pu se répandre sans crainte d’être contredit, jusque dans certaines émissions qu’on a connues plus vigilantes sur le sujet, comme Là bas si j’y suis, de Daniel Mermet. Péan défend pourtant une thèse « très proche » de celle des services secrets français, lâchait Alexandre Adler en défense de Bernard Kouchner, lesquels n’ont « jamais encaissé » le virage du pouvoir politique à l’égard du Rwanda (France culture, 04 février 2009).
Pour récuser les accusations de complicité de génocide qui pèsent sur certains responsables politiques et militaires militaire, Péan et ses comparses ressassent indéfiniment le même sophisme qui sert également de ligne de défense aux génocidaires jugés à Arusha : c’est l’attentat contre l’avion du président Habyarimana qui a déclenché le génocide ; la responsabilité du génocide incombe donc principalement à ceux qui ont commandité cet attentat ; or « l’enquête » du juge Bruguière (ce même juge Bruguière dont Péan dénonçait il y a quelques années dans Manipulations Africaines « le côté barbouze » et les enquêtes « vides ou mal ficelées ».) a conclu à la culpabilité du Front patrioque rwandais (FPR) et de son chef Paul Kagame. Les responsables du génocide n’étant pas ceux que l’on croyait, les complicités françaises n’existent pas…
Dans l’émission de Daniel Mermet déjà citée, Xavier Monnier, directeur de publication de Bakchich.info, réagissant aux accusations de négationnisme contre Péan, déplorait : « ils sont tout un groupe à monter au créneau : dès qu’on parle du Rwanda, on est sûr de s’en prendre plein la gueule. » (5 février 2009). C’est malheureusement exactement l’inverse qui est vrai. La comparaison avec le génocide des Juïfs permet d’en prendre la mesure. Dans ce dernier cas, la distinction entre le débat légitime des historiens, soucieux d’approfondir les connaissances, et les tentatives de banalisation du génocide sous couvert de «  réviser l’histoire officielle » est communément admise. La seconde démarche est interprétée, à juste titre, non pas comme la simple expression d’une opinion, mais comme un acte antisémite, et ses promoteurs sont largement ostracisés. Concernant le génocide des Tutsi, l’ignorance et la confusion sont telles en France que la production historique semble n’avoir aucune valeur et qu’elle peut être mise sur le même plan que les propos de café du commerce ou que la propagande la plus grossière. Les différentes figures du négationnisme trouvent droit de cité dans les médias en toute décontraction. La rhétorique de Pierre Péan, qui bénéficie d’une audience de masse, en constitue le meilleur exemple.

…au négationnisme tout court.

Péan prétend réécrire l’« histoire officielle » du génocide des Tutsi, mais il se défend de faire partie des négationnistes (On ne sait pas s’il considère comme tels les personnes avec qui il participe si volontiers à des conférences sulfureuses, et sinon à qui d’autre ce qualificatif trouve à s’appliquer selon lui.). Comme la plupart de ces derniers, il ne va pas jusqu’à nier la qualification de génocide, mais il la dénature et la prive de sa signification historique. Il garde le mot sans son contenu. Ainsi il récuse d’abord l’idée d’une planification antérieure à l’exécution du génocide [3]. Le génocide ne serait ensuite qu’un dommage collatéral de la guerre civile, au cours de laquelle des massacres de même nature auraient été commis de part et d’autre. Représailles, crimes de guerre et génocide étant mis sur le même plan. Comme Mitterrand puis de Villepin, il défend ainsi, de manière plus ou moins explicite au gré de ses interventions, la thèse du double génocide. Enfin, il est prisonnier d’une vision ethniste de l’histoire à l’instar des officiers français avec lesquels il s’affiche en colloque. Il ne raisonne qu’en terme de responsabilité collective de « l’ethnie » tutsi ou de « l’ethnie » hutu. Si le FPR commet des crimes de guerre, c’est que « les victimes » deviennent à leur tour « les bourreaux », comme si les rescapés de la Shoah avaient dû collectivement porter, parce que Juifs, la responsabilité des exactions commises par l’armée israélienne. Dans sa logique de rééquilibrage des responsabilités, Pierre Péan développe d’ailleurs longuement, dans son dernier livre comme dans ses différentes interventions, un événement qu’il tient pour exemplaire : celui du massacre de Kibagabaga. Kouchner, qui a vu le charnier, aurait contribué à accréditer l’idée que la tuerie avait été commise par les génocidaires. Pierre Péan prétend au contraire démontrer qu’il doit être imputé au FPR, accusation reprise sans vérification par plusieurs quotidiens français. Sa « démonstrationn » repose sur les « témoignages » de la clique habituelle des négationnistes, qui d’un livre à l’autre se citent les uns les autres pour renforcer leurs falsifications. « Il est important de constater en premier lieu qu’il n’y a pas eu d’enquête sur ce massacre au TPIR », assure imprudemment Péan. « A fortiori, il n’y a pas eu de Rwandais condamnés pour celui-ci ». Sauf que le massacre des Tutsi de Kibagabaga a bel et bien été jugé par le TPIR et qu’il est mentionné et détaillé dans la sentence de génocide prononcée à l’encontre de Bagosora (Judgement and Sentence, Bagosora et al, ICTR-98-41-T, page 543 et 547). Un détail sans doute…

Une campagne de l’anti-France

Plus largement, Kouchner est présenté comme servant, depuis 1994, les intérêts de Kagamé, et parallèlement comme plus attaché à l’impérialisme anglo-saxon qu’à la Marseillaise. Prudemment, Nicolas Sarkozy qui n’a pas moins de « tropisme américain » et qui n’est pas moins otanien que son ministre, n’est pas mis en cause. C’est dans ce cadre qu’il faut comprendre l’utilisation par Péan d’un vocabulaire fortement connoté (« cosmopolitisme anglo-saxon », « droit-de-l’hommiste », etc.) qui lui a valu d’être soupçonné d’antisémitisme. La polémique a fait diversion au regard des véritables enjeux. Il s’agit en fait du corollaire de la propagande distillée depuis 1994 et périodiquement réactivée, visant à contrer les accusations de complicité de génocide. En effet, mue par le complexe de Fachoda , la France n’aurait cherché qu’à s’opposer à l’hégémonisme anglo-saxon en Afrique ; ce dernier est le réel déstabilisateur de la région ; et les accusations à l’encontre de « l’honneur de la France » relève d’une campagne orchestrée de l’extérieur et relayées à l’intérieur par des idiots utiles ou des mauvais citoyens qui complotent contre l’intérêt de leur pays.
Si le terme d’« anti-France » n’est jamais utilisé explicitement, c’est bien de cela dont il est question, chez Péan comme chez d’autres avant lui (Balladur s’y est par exemple essayé à plusieurs reprises). Appliquée à Kouchner, l’accusation occulte un peu rapidement son rôle véritable en 1994. Comme l’attestent les témoignages du général Dallaire et les notes des collaborateurs de l’Elysée, Kouchner, qui se vante d’ailleurs d’avoir « vendu » l’opération militaire Turquoise encensée par Péan, travaillait bien pour le compte de la diplomatie mitterrandienne.
Un dernier point : l’absence des témoignages de ceux qui furent à la fois victimes et témoins du génocide devrait suffire à discréditer les bouillies infâmes qui prétendent en reconstruire la réalité. Mais qu’importe la douleur des survivants et le respect des disparus : les assassins de la mémoire par intérêt finissent par épouser la vision du monde des assassins de la mémoire par conviction. Pour Péan, les rescapés sont sans doute par définition suspects, puisque la « race » tutsi, et la justice française a reconnu, pour l’instant, qu’il n’était pas raciste de l’écrire, se caractérise d’abord selon lui par sa « culture du mensonge ». Depuis trop longtemps maintenant, chaque année à l’approche des commémorations du génocide, c’est en France la saison des crachats.

Victor Sègre

[1Le même contresens continue d’être fait au sujet d’Une jeunesse française, livre non pas de dénonciation, mais de réhabilitation de Mitterrand, écrit sur commande pour couper l’herbe sous le pied à des travaux plus accusateurs.

[2Selon Leparisien.fr, le livre de Péan pourrait également constituer un avertissement d’Omar Bongo à l’Elysée dans le cadre des affaires dites des Biens mal acquis. L’un n’empêche pas l’autre.

[3Contrairement à ce qu’affirme Péan, le TPIR ne nie pas la planification du génocide, mais, et c’est regrettable, il s’est révélé incapable de juger à qui incombait la responsabilité de cette planification.

Cet article a été publié dans Billets d’Afrique 178 - Mars 2009
Les articles du mensuel sont mis en ligne avec du délai. Pour recevoir l'intégralité des articles publiés chaque mois, abonnez-vous
a lire aussi