Survie

Bolloré, toujours accompagné

(mis en ligne le 1er mai 2009)

On sait que la France n’a pas ménagé ses efforts diplomatiques et financiers pour aider l’ami du président, Vincent Bolloré, à obtenir la gestion du port de Pointe-Noire, unique port maritime congolais et porte d’entrée et de sortie de l’Afrique centrale.

L’Agence française de développement (AFD) a arrosé copieusement pour « accompagner » ce projet d’envergure (Billets d’Afrique 169, mai 2008). Fidèle à sa stratégie dite « du transport intégré », Vincent Bolloré lorgne toujours sur le chemin de fer Congo-Océan (CFCO), épine dorsale de l’économie congolaise reliant Brazza à Pointe-Noire sur 510 km.

Le CFCO assure en effet le trafic commercial, avec des correspondances vers la Centrafrique, le Tchad, le Cameroun et la RDC. Alors qu’il semble acquis qu’il a été attribué à Bolloré mais sans aucune annonce officielle à ce jour, il est question de construire un pont sur le fleuve Congo pour l’évacuation d’une partie des minerais de la RDC. Gageons que l’AFD saura également « accompagner » ce projet pour le plus grand bénéfice du groupe Bolloré.

Cet article a été publié dans Billets d’Afrique 180 - Mai 2009
Les articles du mensuel sont mis en ligne avec du délai. Pour recevoir l'intégralité des articles publiés chaque mois, abonnez-vous
a lire aussi