Survie

Le FMI enfin lucide ?

(mis en ligne le 1er juin 2009)

« Tous les pays doivent donner la priorité à un renforcement bien conçu de leurs filets de sécurité sociaux, ou au moins à les protéger des coupes ». Une déclaration du directeur général du Fonds monétaire international (FMI), Dominique Strauss-Kahn, le 19 mai dernier, devant les ambassadeurs africains à Washington qui ne manque pas de sel quand on sait que l’institution a participé activement, dans les années 90, au démantèlement des services publics sous couvert d’ajustements structurels.

« C’est vital si l’on veut protéger les plus vulnérables des ravages de la crise », « les enjeux en Afrique sont plus élevés qu’ailleurs dans la mesure où la proportion de personnes vulnérables y est forte » a-t-il ajouté comme une lapalissade. Dominique Strauss-Kahn a aussi conseillé aux gouvernements africains de prendre des mesures de relance fiscale et monétaire pour empêcher la crise d’augmenter la auvreté. Mais comment donc financer la protection sociale en abaissant des recettes fiscales déjà bien ridicules ? Et depuis quand les pays de la zone franc ont-ils un quelconque pouvoir en matière de politique monétaire ?.

Cet article a été publié dans Billets d’Afrique 181 - Juin 2009
Les articles du mensuel sont mis en ligne avec du délai. Pour recevoir l'intégralité des articles publiés chaque mois, abonnez-vous
a lire aussi