Survie

TPIR : manque de coopération de la France

(mis en ligne le 3 décembre 2009) - Billets d’Afrique et d’ailleurs...

La France est depuis longtemps réputée pour sa « coopération » envahissante avec un certain nombre de pays africains. Mais tout le monde n’en bénéficie pas. Ainsi une chambre du Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) vient-elle en effet de référer à son président, et de le prier d’en rendre compte au conseil de sécurité de l’ONU, de son incapacité à obtenir de la France la liste des personnes que celle-ci a abrité à son ambassade au début du génocide. Et pour cause : c’est là qu’étaient réunis les assassins et que fut formé, sous la houlette de l’ambassadeur Marlaud, le gouvernement intérimaire rwandais (GIR) qui supervisa le déroulement du génocide. Dans le même temps, certains journalistes rendaient public le contenu d’un rapport d’experts de l’ONU, théoriquement confidentiel, portant sur les soutiens internationaux (politiques ou économiques) dont bénéficient les FDLR qui empoisonnent depuis plus de dix ans l’est de la RDC. Le rapport déplore en particulier « le manque de coopération des pays occidentaux, parmi lesquels la France » qui n’a, par exemple, jamais voulu transmettre aux enquêteurs la moindre information sur les dirigeants FDLR vivant en France. (AFP, 25 novembre)

Cet article a été publié dans Billets d’Afrique 186 - Décembre 2009
Les articles du mensuel sont mis en ligne avec du délai. Pour recevoir l'intégralité des articles publiés chaque mois, abonnez-vous
a lire aussi