Survie

L’opération Atalante au rapport

(mis en ligne le 15 janvier 2010) - Billets d’Afrique et d’ailleurs...

Chantal Poiret, diplomate française nommée ambassadrice chargée de la coordination de la lutte internationale contre la piraterie maritime faisait le bilan de l’opération européenne Atalante (Le Monde, 28 décembre) : « C’est un succès. En 2008, 40 % des attaques menées par les pirates dans l’océan Indien étaient réussies. En 2009, ce pourcentage est inférieur à 19 %. Ce sont de bons résultats, compte tenu de la difficulté de la tâche. Prévenir la piraterie maritime dans cet océan immense, c’est comme si vous assuriez la lutte contre la criminalité en France avec un hélicoptère et deux voitures roulant à 40 km/h ! »

Mais ce qu’elle oubliait de préciser, c’est que si le pourcentage de réussite des attaques a baissé, leur nombre a quasiment doublé, passant de 111 en 2008 à au moins 209 depuis le début de l’année, selon le Bureau maritime international ; et le nombre de bateaux détournés est passé lui de 42 en 2008 à 43 en 2009. Un « succès » !

« Ça ne va pas se résoudre en sillonnant l’océan Indien avec des navires de guerre et en capturant des pirates », concédait le contre-amiral Peter Hudson, qui commande Atalante. « La solution à long terme se trouve bien sûr à terre, sur les rivages de la Somalie » (AP, 27 décembre).

Cet article a été publié dans Billets d’Afrique 187 - Janvier 2010
Les articles du mensuel sont mis en ligne avec du délai. Pour recevoir l'intégralité des articles publiés chaque mois, abonnez-vous
a lire aussi