Survie

La société française de transport maritime CMA-CGM accusée de faciliter la destruction des forêts tropicales malgache

(mis en ligne le 1er janvier 2010) - Billets d’Afrique et d’ailleurs...

L’instabilité politique de la Grande Ile favorise les activités illégales nuisibles à l’environnement. Des espèces rares sont menacées d’extinction comme le palissandre, l’ébène ou le bois de rose.

Delmas, filiale de la compagnie de transport maritime CMA-CGM, est accusé de faciliter la destruction de la forêt tropicale en transportant les bois précieux comme le bois de rose abattu illégalement dans les parcs nationaux malgaches. Global Witness et l’Environmental Investigative Agency (EIA) ont publié de multiples rapport sur ce commerce illégal. Leur travail d’enquête pointe quatre compagnies de transport maritime, l’United Africa Feeder Line (UAFL), Spanfreight, Safmarine et Delmas. Les trois premières ont accepté de cesser le transport du bois de rose après les nombreuses critiques des ONG. Seule Delmas continuerait à transporter du bois exploité illégalement en faisant valoir qu’elle a l’autorisation du ministre de l’Environnement et des Forêts.

Pourtant, Adam Khedouri de l’EIA, qui a participé à l’enquête, a déclaré que Delmas « avait donné des preuves claires que - la marchandise qu’ils transportaient était d’origine illégale. » De plus, les rapports des ONG indiquent que, dans le nord-est de Madagascar, un transport de bois était prévu pour le 21 ou le 22 décembre depuis le port de Vohémar. Ce transport qui n’avait pas l’approbation du ministère et d’un volume de deux cents conteneurs de bois de rose, était estimé à 200 millions de dollars.

Cet article a été publié dans Billets d’Afrique 187 - Janvier 2010
Les articles du mensuel sont mis en ligne avec du délai. Pour recevoir l'intégralité des articles publiés chaque mois, abonnez-vous
Pour aller plus loin
a lire aussi