Survie

Offshore, paradis fiscaux, souveraineté criminelle

(mis en ligne le 1er mars 2010) - Billets d’Afrique et d’ailleurs...

Un livre à paraître en avril !

« Des groupes qui nous vendent de l’essence au détail se livrent par ailleurs au trafic d’armes, les succursales bancaires à qui on confie notre épargne gèrent également le trafic d’influence qui bénéficie à de terribles dictatures. Tous les acteurs financiers et industriels d’envergure ont ainsi la possibilité de se payer au Nord le visage publicitaire de Dr. Jeckyl et de goûter offshore aux cocktails de Mr. Hyde. »

Les paradis fiscaux sont généralement présentés sous l’angle de l’évasion fiscale : des lessiveuses, des bas de laine lointains, illégaux certes, mais inoffensifs au fond. Dans Alain Deneault montre qu’au contraire, les paradis fiscaux sont des centres actifs où s’organise le pillage des ressources des pays les plus pauvres, où se constituent les forces qui sapent la souveraineté des États traditionnels. Les paradis fiscaux, dépeints comme des îles lointaines paisibles sous leurs cocotiers, sont à l’origine d’une nouvelle souveraineté, omniprésente, masquée, et par-dessus tout criminelle.

Philosophe de formation, Alain Deneault est chercheur en sociologie à l’Université du Québec à Montréal et un des auteurs de Noir Canada, Pillage, corruption et criminalité en Afrique (2008).

Cet article a été publié dans Billets d’Afrique 189 - Mars 2010
Les articles du mensuel sont mis en ligne avec du délai. Pour recevoir l'intégralité des articles publiés chaque mois, abonnez-vous
a lire aussi