Survie

Le choix de la barbouzerie ?

(mis en ligne le 7 avril 2010) - Billets d’Afrique et d’ailleurs...

Fin février, le général de Villiers (le frère de l’autre) était annoncé par quelques journalistes comme le successeur de l’amiral Edouard Guillaud au poste de chef d’état-major particulier du président de la République.

Quelques jours plus tard, rétropédalage général : in extremis, c’est le général Puga qui a été choisi.

Alors que de Villiers fait figure d’officier « classique » de l’armée de terre, Puga incarne une tradition nettement plus françafricaine. Du saut sur Kolwezi en 1978 à celui sur Birao en 2007, il a participé, notamment dans la Légion, à de nombreuses opérations militaires en Afrique ; il a occupé le poste de commandant des forces spéciales du COS à partir de 2004, puis celui de sous-chef « opérations » à l’état-major des armées, avant de prendre la direction du renseignement militaire en 2008.

Selon Merchet (blog Secret Défense, 25 février), sa candidature a été « soutenue par des anciens du REP [parachutistes de la Légion] et les policiers du renseignement (DCRI), qui pèsent d’un poids important dans l’entourage du chef de l’Etat ».

Cet article a été publié dans Billets d’Afrique 190 - Avril 2010
Les articles du mensuel sont mis en ligne avec du délai. Pour recevoir l'intégralité des articles publiés chaque mois, abonnez-vous
Pour aller plus loin
a lire aussi