Survie

Enfants soldats

(mis en ligne le 25 juillet 2010) - Billets d’Afrique et d’ailleurs...

Selon le New York Times, repris par Le Monde (14 juin), l’administration américaine aide le gouvernement somalien à payer les soldes des enfants soldats qui sont recrutés et envoyés au front. « A ce jour, seuls deux pays n’ont pas ratifié la Convention internationale des droits de l’enfant, qui fixe à 15 ans l’âge minimum d’enrôlement volontaire et à 18 ans l’âge de participation directe aux hostilités, il s’agit des Etats-Unis et de la Somalie », rappelle d’ailleurs Le Monde.

Une information que l’on peut rapprocher d’un autre (non) événement : « Dans une déclaration signée mercredi 9 juin, au terme de deux jours de conférence à N’Djamena, au Tchad, six pays africains – le Cameroun, la Centrafrique, le Niger, le Nigeria, le Soudan et le Tchad – se sont engagés à ce “qu’aucun enfant de moins de 18 ans ne prenne part, directement ou indirectement, à des hostilités et, le cas échéant, de prévenir toute forme de recrutement”. » (Le Monde, 11 juin).

Rappelons qu’en 2006, la ministre française de la Défense, Michèle Alliot Marie, avait fait mine de menacer le pouvoir tchadien de retirer les forces françaises si celui-ci ne démobilisait pas les mineurs présents dans son armée et ne mettait pas un terme à leur recrutement. L’année suivante, le règlement de cette question devait, selon l’ONU, être un préalable au déploiement de la force européenne Eufor-Tchad/RCA.

Depuis, l’on n’a guère démobilisé que les enfants provenant des rebellions ralliées au régime et plusieurs milliers de mineurs sont toujours sous uniforme tchadien. Mieux, le régime bénéficie de la complaisance de l’UNICEF qui préfère une collaboration a minima plutôt que de braquer le dictateur tchadien.

La récente conférence qui s’est déroulée au Tchad vise à obtenir l’absolution de la communauté internationale et à écarter le risque d’une procédure devant la Cour pénale internationale. Ses effets seront vraisemblablement à la hauteur des mesures prises, puisqu’il ne s’agit, selon la ministre des affaires sociales du Tchad, que d’opérations de « sensibilisation » auprès des militaires.

Cet article a été publié dans Billets d’Afrique 193 - Juillet 2010
Les articles du mensuel sont mis en ligne avec du délai. Pour recevoir l'intégralité des articles publiés chaque mois, abonnez-vous
Pour aller plus loin
a lire aussi