Survie

Affaire Borrel : précisions

(mis en ligne le 6 janvier 2011) - Billets d’Afrique et d’ailleurs...

Après notre article très critique sur le film
documentaire de l’écrivain et journaliste
Francis Gillery (Billets d’Afrique n°196,
novembre 2010), plusieurs personnes nous
ont signalé de nombreux « décalages »
entre le synopsis soumis primitivement à
Elisabeth Borrel et le film réalisé. De même,
les longues interviews de Bruno Mercier,
un ancien des renseignements militaires,
auteur du livre « La mafia française, ses
méthodes, ses réseaux », sont résumés à
simple extrait vidé de son sens et les noms
qu’il cite sont gommés du montage. D’autres
témoins qui impliquaient les responsables
politiques djiboutiens ont été longuement
enregistrés mais leur propos ne convenant
pas à la ligne choisie par le réalisateur sont
carrément passés sous silence. Des coupes
curieuses pour une « contre-enquête » qui
soulignent le parti pris, très orienté, du
travail de Francis Gillery. Rappelons que
celui-ci avait choisit délibérément la thèse
de l’assassinat crapuleux franco-français
en mettant grossièrement en avant la
pédophilie existant à Djibouti. Il essayait
surtout d’y relier Bernard Borrel à titre
professionnel comme personnel.

Soutenez l'action en justice contre Total !
Cet article a été publié dans Billets d’Afrique 198 - Janvier 2011
Les articles du mensuel sont mis en ligne avec du délai. Pour recevoir l'intégralité des articles publiés chaque mois, abonnez-vous
Pour aller plus loin
a lire aussi