Survie

Affaire Borrel : « Le journalisme de trottoir » condamné

(mis en ligne le 26 avril 2011) - Billets d’Afrique et d’ailleurs...

Le tribunal correctionnel de Paris a condamné le 29 mars pour diffamation Chris Laffaille, auteur de Aux portes de l’enfer - L’inavouable vérité de l’affaire Borrel, publié en janvier 2008 aux éditions Scali, qui accréditait la thèse du suicide du magistrat. Dans son ouvrage, en fait un contre-feu médiatique, l’ancien rédacteur en chef de Paris Match, décoré par le gouvernement djiboutien, écrivait que « de toute évidence, Bernard Borrel s’est suicidé. » Cette thèse a longtemps été privilégiée par l’Elysée et la justice française qui a depuis changé de position et retenu l’hypothèse criminelle.

Élisabeth Borrel, soupçonnant Claude Chirac, avait insisté sur les facilités offertes par l’Elysée à Lafaille pour qu’il puisse rencontrer des hauts fonctionnaires et des officiers supérieurs dans le cadre de la préparation de son livre, aujourd’hui envoyé au pilon par la justice.

Contribuez au projet "Bisesero, un scandale français"
Cet article a été publié dans Billets d’Afrique 201 - Avril 2011
Les articles du mensuel sont mis en ligne avec du délai. Pour recevoir l'intégralité des articles publiés chaque mois, abonnez-vous
a lire aussi