Survie

Eclair de lucidité pour Sarkozy au Burkina

(mis en ligne le 8 mai 2011) - Billets d’Afrique et d’ailleurs...

Sarkozy en conseil des ministres le 20 avril à propos du Burkina : « Il y a le problème Compaoré. Il y a vingt-quatre ans qu’il est pouvoir. Ce n’est pas raisonnable d’aller audelà de dix ans », (Le Canard Enchaîné, 27 avril). Pas plus que d’arriver au pouvoir en liquidant son prédécesseur. Mais relevons ici la grande cohérence du chef de l’Etat : ce qui vaut pour le Burkina ne vaut pas pour Djibouti (lire ci-dessus) ou le Tchad, le Cameroun, le Congo. Mais, au fait, qui a félicité Compaoré, pas plus tard qu’en novembre dernier, pour sa quatrième « réélection » avec un nouveau score soviétique de 81% ?

La soudaine prise de conscience de Sarko est évidemment liée aux graves troubles que connaît le Burkina depuis quelques mois. Emeutes, contestations sociales, mutinerie de soldats qui a touché jusqu’à sa propre garde présidentielle, révoltes des policiers… fragilisent celui qui aime tant se faire passer pour le médiateur de la sous-région. Au point que Blaise Compaoré s’est attribué le ministère de la Défense dans le nouveau gouvernement. On ne sait jamais.

Cet article a été publié dans Billets d’Afrique 202 - Mai 2011
Les articles du mensuel sont mis en ligne avec du délai. Pour recevoir l'intégralité des articles publiés chaque mois, abonnez-vous
a lire aussi