Survie

Le naturel revient au galop

(mis en ligne le 12 septembre 2011) - Billets d’Afrique et d’ailleurs...

« Allez, allez les privés ! On vous ouvre les portes mais il faut ramener du pognon ! ».

Pas besoin de discours et longues argumentations pour décrire l’action du gouvernement français en Afrique, une constante depuis la colonisation. Cette phrase crue, directe, est celle du ministre français de la Coopération, Henri de Raincourt, pendant la tournée africaine de François Fillon à la mi-juillet.

La première étape était bien sûr la Côte-d’Ivoire où le président Alassane Ouattara venait d’être installé par une opération caricaturale des forces françaises. Et pour bien surveiller le garde-manger, le général Réglat, ancien commandant des Forces françaises (FFG), a été nommé conseiller auprès de Ouattara pour accompagner la réforme de l’armée ivoirienne.

De quoi pour la France « rester le partenaire de référence à Abidjan » selon les déclarations de Fillon qui se voulant très persuasif martelait « J’appelle tous ceux qui continuent à vouloir évoquer les relations entre la France et l’Afrique en parlant de Françafrique à changer de vocabulaire. »

Faudrait d’abord changer de politique  !

Cet article a été publié dans Billets d’Afrique 205 - septembre 2011
Les articles du mensuel sont mis en ligne avec du délai. Pour recevoir l'intégralité des articles publiés chaque mois, abonnez-vous
a lire aussi