Survie

Amesys, Sarkozy et Kadhafi, questions en suspens

(mis en ligne le 7 novembre 2011) - Billets d’Afrique et d’ailleurs...

A l’occasion de la libération de Tripoli, des journalistes du Wall Street Journal avaient pu pénétrer, fin août, dans le bâtiment où le régime libyen surveillait les communications.

Ils y ont notam­ment retrouvé des manuels portant le logo d’Amesys, entreprise française filiale du groupe Bull dont la directrice de la communication n’est autre que la fille du ministre de la Défense, Gérard Longuet.

Cette société française avait vendu à Kadhafi en 2007 un système d’interception de communication, et de traitement de données et d’analyses. D’après Mediapart, c’est à la demande de Nicolas Sarkozy, avec l’appui de Claude Guéant, de Brice Hortefeux et du marchand d’armes Ziad Takieddine que le contrat et les accords de coopération technologique avaient été signés.

Plusieurs questions, et non des moindres, restent en suspens : pourquoi les autorités ne sont-elles pas capables de justifier du cadre juridique à ces exportations de matériels aussi sensibles ? Le sommet de l’Etat gère-t-il des contrats militaires en dehors de tout contrôle des structures compétentes ? Amesys, avec le concours de l’Etat, a-t-il vendu ses systèmes d’espionnage à d’autres dictatures ?

Cet article a été publié dans Billets d’Afrique 207 - novembre 2011
Les articles du mensuel sont mis en ligne avec du délai. Pour recevoir l'intégralité des articles publiés chaque mois, abonnez-vous
Pour aller plus loin
a lire aussi