Survie

Un Affreux en moins

(mis en ligne le 13 décembre 2011) - Billets d’Afrique et d’ailleurs...

Alors qu’enfle la polémique sur le transfert prochain des cendres d’un acteur de premier plan des guerres coloniales, le général Bigeard aux Invalides à l’initiative du ministre de la Défense, un de ses anciens officiers, Roger Faulques, accusé de tortures durant la bataille d’Alger, mercenaire en Afrique est décédé début novembre à Nice.

Au début de la guerre d’Algérie, ce partisan de la guerre contre-révolutionnaire de Roger Trinquier commande une compagnie du 1er bataillon étranger de parachutistes, fer de lance du putsch d’Alger.

En 1957, durant la bataille d’Alger, Faulques, alors capitaine, est l’officier de renseignement du 1er BEP. Accusé en 1967 par L’Express d’avoir « torturé Henri Alleg et, jusqu’à la mort, Maurice Naudin », Faulques avait gagné son procès en diffamation contre l’hebdomadaire trois ans plus tard.

Fin 1960, après sa mise en disponibilité par le ministre des Armées Pierre Messmer, Faulques encadre des mercenaires, les Affreux, qui vont soutenir, avec la bénédiction discrète de la France, la sécession de la riche province minière du Katanga, au Congo ex-belge, lancée par Moïse Tshombé.

Roger Faulques recrutera également des mercenaires avec Bob Denard pour la sécession du Biafra (1967-1970) téléguidée par les services français qui provoqua une famine et près d’un million de morts. Faulques était malgré tout cela, grand officier de la Légion d’honneur depuis 2004.

Cet article a été publié dans Billets d’Afrique 208 - décembre 2011
Les articles du mensuel sont mis en ligne avec du délai. Pour recevoir l'intégralité des articles publiés chaque mois, abonnez-vous
Pour aller plus loin
a lire aussi